Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique :
Aventure spirituelle

La cause des enfants

Imprimer Par Lise Lachance

Quand on parle de justice sociale, on oublie parfois une catégorie de pauvres : les enfants, les jeunes. Un peu partout dans le monde, des droits fondamentaux des enfants ne sont pas respectés. Chez nous, des petits de six ou sept ans se rendent à l’école le ventre vide ; en Asie, le tourisme a fait des enfants des objets sexuels de choix ; en Amérique du Sud, la police tire sur des enfants errants. Cela ne se passe pas au Moyen Âge, mais aujourd’hui, ici.

Voici quelques suggestions d’outils pour construire une célébration autour de ce thème. On peut trouver les hymnes dans Prière du temps présent et les paroles de Dieu dans les évangiles. Des propositions d’intercession sont tirées du Courrier de l’a.c.a.t . Il ne vous reste plus qu’à faire votre choix parmi les psaumes et les oraisons proposés dans la liturgie des Heures.

Hymnes

Mendiant du jour, D 150, p. 526 (deux versions dans Hymnes notées I).
Les enfants nés de ton sang (sans cote), p. 539-540.
Ton Royaume (sans cote), p. 550-551.
Dieu caché, L 109, p. 694-695 (Hymnes notées I).
Ouvre mes yeux, G 79, p. 799-800 (trois versions dans Hymnes notées I).
Qui donc est Dieu, L 82, p. 827-828 (deux versions dans Hymnes notées I).

Paroles de Dieu

Luc 2, 41-50 : Jésus au Temple.
Luc 8, 49-56 : La résurrection de la fille de Jaïros.
Luc 9, 46-48 : Qui est le plus grand ?

Marc 10, 13-16 : Jésus et les enfants.
Matthieu 18, 10-14 : Gardez-vous de mépriser ces petits.

Intercessions

Pour les enfants
Seigneur, entends leur cri.
Seigneur, nous savons, nous ne pouvons pas ignorer qu’en bien des points du globe, l’enfance, avec son insouciance, sa confiance, sa joie, n’existe pas.

Si parmi nous, les nantis, il en est qui ne savent pas, alors, Seigneur, que lisent-ils, qu’écoutent-ils ? Seigneur, que ton Esprit les guide et leur permette de connaître l’inacceptable.

Est-il possible que les nantis paient pour supprimer des rires d’enfants ?

Est-il possible que les lois qui protègent l’enfant ne soient pas appliquées ?

Est-il possible que nos oreilles n’entendent pas les hurlements d’hommes masqués, les détonations d’armes ?

Est-il possible que nos corps soient insensibles aux coups de pieds, aux vies qui s’échappent ?

Cela, aujourd’hui, des enfants le vivent ou plutôt en meurent.

Seigneur, le mal s’infiltre chez les tout petits que tu aimes tant.

Il est des hommes, des femmes, des jeunes de bonne volonté qui dénoncent cette destruction de l’enfant.

Il en est qui cherchent les moyens pour que cesse l’horreur : la suppression de l’enfance.

Seigneur, nous venons te demander de nous donner les moyens qui amèneront les responsables de gouvernements à prendre conscience qu’il est de leur devoir de permettre à tout enfant le droit d’être enfant.

Seigneur, sans cesse, sans cesse nous te rappellerons le cri des enfants, le cri des enfants sans toit, le cri des enfants qui te rencontrent sans avoir connu de tendresse sur notre planète.
(Camille Leca, Courrier de l’a.c.a.t., no 124, avril 1992, p. 2.)

Solidaires
Toi, Jésus,
né dans une étable,
réfugié en Égypte,
les pleurs des enfants-sans-maison
sont les tiens,
les cris des enfants-de-la-détresse
sont les tiens,
la peur des enfants-de-la-nuit
tu la connais aussi,
les larmes des enfants-de-la-violence
et le sang des enfants victimes,
c’est Toi en eux.

C’est ta vie dans la leur.
Jésus, comment seras-tu le pain
d’éternité des enfants affamés,
des enfants au travail, prostitués,
des enfants marchandises,
si notre égoïsme leur interdit
d’apprendre leur dignité

d’hommes et de femmes en devenir,
d’apprendre à te connaître
et de découvrir leur dignité
d’enfants de Dieu ?

Que la clameur de leur souffrance
ouvre nos coeurs
à l’exigence de ton Amour.
Qu’elle nous rende attentifs
à l’appel silencieux
de tous ces innocents meurtris
en attente de tendresse et de sécurité.
(M. C., Solidaires , Courrier de l’a.c.a.t., no 140-141, décembre 1993, p. 28.)

Ce sont des femmes qui te prient
Pour le monde qui désespère
Pour le monde en proie à la guerre
ô Dieu
Ce sont des femmes qui te prient.

Unies au-delà des frontières
Soeurs malgré les interdits
ô Dieu
Ce sont des femmes qui te prient.

Pour les femmes assassinées
Renées dans le sang de l’Agneau
ô Dieu
Ce sont des femmes qui te prient.

Pour apprendre à pardonner
Pour créer un monde nouveau
ô Dieu
Ce sont des femmes qui te prient.

Pour ne pas perdre l’espérance
Au milieu de tant de souffrances
ô Dieu
Ce sont des femmes qui te prient.

Dans le secret du coeur de Dieu
Tout près de la Vierge Marie
ô Dieu
Ce sont des femmes qui te prient.
(Soeur Alix, moniale bénédictine, Courrier de l’a.c.a.t., no 158, septembre-octobre 1995, p. 28.)

Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash-Flash
Au Brésil…
– Le revenu du travail des enfants est indispensable à la survie de 20% des foyers.
– La mortalité infantile est l’une des plus élevées du monde : 60% (en France, par exemple, elle est de 8%).
– Le système éducatif laisse de côté de nombreux enfants. L’analphabétisme est de plus de 18% et la non-scolarisation atteint 50% des enfants âgés de 7 à 9 ans. Seuls 18% des enfants du Brésil terminent le cycle primaire. Cette situation est catastrophique quand on pense que 50% des Brésiliens ont moins de vingt ans.
(Courrier de l’a.c.a.t., no 124, avril 1992, p. 4.)

Au Québec…

Actuellement, dans l’ensemble du Québec, on estime qu’il y a 23% des jeunes qui vivent dans une famille ayant déjà expérimenté une séparation des parents. Dans certains quartiers urbains, cette proportion pourra dépasser les 50% tandis que dans des milieux ruraux, elle pourra être de moins de 10%. Bref la famille séparée n’est pas un phénomène marginal et tout indique qu’il s’agit d’une réalité sociale qui est là pour rester…

Les statistiques montrent que plus de 80% des enfants sont gardés par leur mère après la séparation des parents. Or, plus de 60% de ces familles monoparentales matricentriques vivent sous le seuil de la pauvreté, de sorte que les enfants de ces familles se développent beaucoup plus souvent dans une famille pauvre que ceux dont la famille n’est pas séparée…
(RND, mai 1993, p. 2 et 8.)

Le taux de suicide chez les adolescents le plus élevé au monde se trouve au Québec. En 1992, ce fut la première cause de mortalité des jeunes de 15 à 24 ans : 169 des 496 garçons décédés cette année-là en sont morts ; 35 des 175 filles décédées en sont mortes. Pour la même année, aux États-Unis, le suicide était la deuxième cause de mort chez les jeunes de 15 à 24 ans.
(RND, février 1995, p. 7.)

En Afrique…

500 000 enfants sont morts en Afrique pendant l’année 1994 à la suite des guerres dans le continent. Ces décès sont dus essentiellement au manque de soins, de nourriture, d’eau et d’abris.
(Courrier de l’a.c.a.t., no 160, décembre 1995, p. 24.)

En France…

Au 1er juillet 1995, on comptait plus de 600 mineurs retenus dans les prisons françaises. Pourtant l’esprit de l’ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante veut que les mesures prononcées à l’encontre des mineurs reconnus coupables soient d’abord des mesures de protection, d’assistance, de surveillance et d’éducation avant d’être une condamnation pénale. Est-ce là un échec des principes de cette ordonnance ?
(Courrier de l’a.c.a.t., no 160, décembre 1995, p. 20.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois