Actualités, Vatican

Actualités

Synode : le pape appelle l’Église à sortir des « modèles pastoraux répétitifs »

Célébrant, dimanche 10 octobre, la messe d’ouverture du Synode de 2023 dans la basilique Saint-Pierre de Rome, le pape François a encouragé les catholiques à s’écouter les uns les autres. La démarche mondiale lancée ce week-end vise à « suggérer des parcours et des langages nouveaux » pour l’Église catholique.

Inciter tous les catholiques à se rencontrer et à s’écouter les uns et les autres pour permettre à Dieu de cheminer « là où nous sommes ». C’est ce à quoi le pape François a invité l’Église, dimanche 10 octobre, au cours d’une messe célébrée à Saint-Pierre de Rome pour lancer la démarche qui doit aboutir au Synode de 2023.

« En ces jours, Jésus nous appelle, comme il l’a fait avec l’homme riche de l’Évangile, à nous vider, à nous libérer de ce qui est mondain, et aussi de nos fermetures et de nos modèles pastoraux répétitifs », a ainsi affirmé le pape devant 3 000 personnes réunies dans la basilique, dont de nombreux représentants du corps diplomatiques.

« Sur les sentiers souvent ardus de la vie »

Pour François, cette démarche, qui doit passer par la consultation, à partir du dimanche 17 octobre, de tous les catholiques du monde, s’apparente à « une aventure » à laquelle chacun doit prendre part. « Sommes-nous disposés à vivre l’aventure du cheminement ou, par peur de l’inconnu, nous réfugions-nous dans les excuses du « cela ne sert à rien » et du « on a toujours fait ainsi » ? », a-t-il interrogé.

Fidèle à sa description de l’Église comme un « hôpital de campagne » engagé au milieu du fracas du monde, il a développé sa vision d’un Dieu qui « n’habite pas les lieux aseptisés et tranquilles, loin du réel » mais qui « chemine avec nous et nous rejoint là où nous sommes, sur les sentiers souvent ardus de la vie ».

Le pape a encouragé les catholiques à devenir, comme Jésus qui « n’a pas peur d’écouter avec le cœur, et pas seulement les oreilles », des « experts dans l’art de la rencontre ». Une écoute véritable qui n’a rien à voir, a-t-il précisé, avec « l’organisation d’évènements » ou « la réflexion théorique sur des problèmes ». « Dans l’Église, comment sommes-nous à l’écoute ? Quelle est la qualité d’écoute de notre cœur ? », a-t-il lancé.

Des langages nouveaux

Au cours de son homélie, le pape François a mis en garde contre un certain nombre d’écueils du synode, qui doit selon lui « suggérer des parcours et des langages nouveaux » pour l’Église catholique. « N’insonorisons pas notre cœur, ne nous blindons pas dans nos certitudes », a-t-il insisté, en encourageant aussi les catholiques à sortir de leurs « routines fatiguées ». En évitant absolument les « réponses artificielles et superficielles ».

Le Synode n’est ni une « convention ecclésiale, un colloque d’études ou un congrès politique », et encore « un parlement », mais « un processus de guérison conduit par l’Esprit Saint », a averti François.

Le baptême comme « carte d’identité »

Tous les catholiques du monde sont désormais invités, à partir du 17 octobre, à prendre part à la réflexion lancée par le pape François. Une dimension universelle sur laquelle les proches du pape insistent tout particulièrement.

La veille, devant 270 personnes venues du monde entier, à Rome, pour l’ouverture du synode, François avait d’ailleurs plaidé en ce sens : « Nous sommes tous baptisés. C’est cela, notre carte d’identité : le baptême. » Là aussi, il avait averti contre « trois risques » que pouvait courir le synode : le « formalisme », l’« intellectualisme » et l’« immobilisme ».

Après la phase de consultation des catholiques du monde entier, qui doit durer jusqu’en février, toutes les conférences épiscopales sont invitées à publier, en avril, un rapport sur ces premières rencontres. Puis la discussion se poursuivra continent par continent, et enfin entre des évêques choisis par leurs pairs, qui se réuniront pour cela à Rome en octobre 2023.


SOURCE : Journal La Croix