Actualités, Iraq

Actualités

Questions au pape François suite à son voyage en Irak

A la seconde question posée au pape François sur le vol Bagdad-Rome, lundi 8 mars 2021, sur l’impact de la rencontre avec le grand ayatollah chiite Al-Sistani, le pape François a répondu que c’était « un message universel », « une lumière » : « montrons les personnes qui cherchent le chemin de la fraternité, les saints de la porte à côté », a-t-il souligné.

Cette rencontre m’a fait du bien à l’âme, a confié le pape en évoquant la « sagesse », la « prudence », le respect et l’humilité de l’ayatollah irakien, « un grand, un sage, un homme de Dieu ».

Il a aussi invité à « découvrir » les personnes « qui vivent leur foi, quelle qu’elle soit, avec cohérence, qui vivent les valeurs humaines avec cohérence, la fraternité avec cohérence » .

Voici notre traduction de l’italien, de la question de Johannes Claus Neudecker, de l’agence de presse allemande Dpa, et de la réponse du pape François.

HG

Johannes Claus Neudecker – Merci, Saint-Père. Ma question est aussi sur la rencontre avec Al-Sistani. Dans quelle mesure la rencontre avec al-Sistani a-t-elle également été un message adressé aux chefs religieux de l’Iran ?

Je crois que cela a été un message universel. J’ai senti le devoir, au cours de ce pèlerinage de foi et de pénitence, d’aller trouver un grand, un sage, un homme de Dieu. C’est seulement en l’écoutant que l’on perçoit cela. A propos de message, je dirais ceci : c’est un message pour tous, c’est un message pour tous. Et lui, c’est une personne qui a cette sagesse… et aussi la prudence. Il me disait : « Depuis dix ans – je crois que c’est ce qu’il m’a dit – je ne reçois personne qui vienne me rendre visite avec d’autres buts, politiques et culturels, non, seulement religieux ». Et il a été très respectueux, très respectueux au cours de la rencontre et je me suis senti honoré. Notamment pour les salutations : il ne se lève jamais et il s’est levé pour me saluer, deux fois. C’est un homme humble et sage. Cette rencontre m’a fait du bien à l’âme. C’est une lumière. Et ces sages sont partout, parce que la sagesse de Dieu a été répandue pour tout le monde. C’est la même chose avec les saints, qui ne sont pas seulement ceux qui sont sur les autels. Ce sont les saints de tous les jours, ceux que j’appelle « de la porte à côté », les saints – hommes et femmes – qui vivent leur foi, quelle qu’elle soit, avec cohérence, qui vivent les valeurs humaines avec cohérence, la fraternité avec cohérence. Je crois que nous devrions découvrir ces personnes, les repérer, parce qu’il y a beaucoup d’exemples… Lorsqu’il y a des scandales, y compris dans l’Eglise, beaucoup, cela n’aide pas… Mais montrons les personnes qui cherchent le chemin de la fraternité, les saints de la porte à côté et nous trouverons des personnes de notre famille, certainement : un grand-père, une grand-mère… Certainement !


SOURCE : ZENIT NEWS