Actualités, Vatican

Actualités

Penser l’entreprise en tendant la main aux personnes en difficulté

Le pape François invite à « penser l’entreprise en tendant la main aux personnes en difficulté ».

Le pape a en effet adressé un message vidéo, aux participants à la 39e assemblée générale de la « Confcooperative », la Confédération des coopératives italiennes, qui se tient à Rome ces 4 et 5 mai.

Le pape a aussi appelé les coopératives à garder à l’esprit « la capacité de penser l’entreprise en tendant la main aux personnes en difficulté », citant « la tragédie des migrants, le terrorisme sans frontières et le ralentissement de l’économie mondiale ».

« Créer une entreprise en partant des besoins est votre talent », a souligné le pape.

« Dans la coopérative, la fraternité grandit » et « c’est la ressource dont le monde d’aujourd’hui a le plus besoin », a aussi affirmé le pape.

Il a fait le vœu que l’engagement des coopératives devienne « aussi une expression de la miséricorde ».

Voici notre traduction intégrale de l’allocution du pape François qui invite en somme à une mise en œuvre de l’enseignement social de l’Eglise.

M.D.

Message vidéo du pape François

Chers coopérateurs, chères coopératrices,

J’ai volontiers accueilli votre invitation à m’adresser à vous dans cette assemblée. Nous nous sommes déjà rencontrés le 28 février de l’année dernière. Avec quelques-uns d’entre vous et avec votre président, nous nous sommes aussi rencontrés en d’autres occasions. Je vous parle comme un ami. Il y a un an, je vous ai adressé quelques encouragements concrets. J’en rappelle les grandes lignes.

Continuer d’être le moteur qui soulève et développe la partie la plus faible de nos communautés et de la société civile, surtout en fondant des entreprises pour donner du travail.

Être protagonistes pour réaliser de nouvelles solutions de bien-être comme vous le faites déjà.

Gérer les coopératives de façon vraiment coopérative, c’est-à-dire en impliquant tout le monde.

S’employer à soutenir, encourager et faciliter la vie des familles. Avec Amoris Laetitia, j’ai indiqué une perspective de joie et de responsabilité, mais les personnes et les familles ne doivent pas être laissées seules ; il faut harmoniser travail et famille.

Mettre ensemble, avec détermination, des moyens bons pour réaliser des œuvres bonnes ; il faut de la créativité et de la générosité pour capitaliser vos coopératives et bien investir.

Lutter contre les fausses coopératives, parce que les coopératives doivent promouvoir l’économie de l’honnêteté.

Participer activement à la globalisation pour intégrer dans le monde le développement, la justice et la paix.

Avec le temps, le drame, ou plutôt souvent la tragédie, des migrants, le terrorisme sans frontières et le ralentissement de l’économie mondiale ont rendu ces paroles encore plus vraies.

Gardez bien présentes à l’esprit les origines qui vous donnent de la force : la collaboration avec vos paroisses et diocèses, et la capacité de penser l’entreprise en tendant la main aux personnes en difficulté.

Créer une entreprise en partant des opportunités, beaucoup savent le faire. Créer une entreprise en partant des besoins est votre talent. Gardez cette richesse tout en construisant une perspective commune avec d’autres associations pour que les valeurs communes à toutes les coopératives deviennent évidentes.

Aujourd’hui, vous êtes en assemblée pour faire de nouveaux programmes et renouveler les charges. Dans les assemblées, on trouve des sentiments différents : aspirations, préoccupations, incertitudes quant à l’avenir, volonté d’offrir une contribution utile, désir de se faire entendre, ambitions… c’est tout à fait naturel.

Laissez-vous guider par votre engagement pour le bien commun, le bien des coopérateurs et le bien que les coopératives apportent à votre pays. Si la coopérative fonctionne, elle fait grandir la solidarité y compris parmi les associés, elle renforce la responsabilité commune, la capacité de reconnaître généreusement ce que les autres savent faire, et aussi d’accepter leurs limites. En un mot, dans la coopérative, la fraternité grandit, comme les coopérateurs l’ont toujours su.

Ce n’est pas seulement un capital de confiance, c’est davantage : c’est la fraternité, c’est la ressource dont le monde d’aujourd’hui a le plus besoin. Vous êtes aussi le témoignage de la façon dont la foi anime un engagement concret dans l’histoire humaine et soutient des motivations généreuses, qui peuvent améliorer les choses. Cette mission, vous devez la vivre et la partager avec les autres.

Je forme les meilleurs vœux pour le succès de votre assemblée. En général, les coopératives ne représentent pas la plus grande partie de l’économie d’un pays, mais elles n’en sont pas la partie la moins importante. Comme les autres entreprises, elles servent à produire un revenu, mais elles ont aussi la tâche de faire fonctionner la subsidiarité, de concrétiser la solidarité, de libérer la dignité et les capacités des personnes et, je le répète, de produire de la fraternité.

Gardez toujours toute entière votre mission. Nous sommes dans l’Année sainte de la miséricorde. La miséricorde est avant tout celle, toute-puissante, du Seigneur, mais la miséricorde s’exprime aussi à travers les femmes et les hommes. Je souhaite pour vous que votre engagement dans les coopératives soit en mesure de devenir aussi une expression de la miséricorde.

Merci.

© Traduction de Zenit, Constance Roques