Actualités, France

Actualités

Mgr Ravel et Mgr Aupetit s’emparent de la lettre du pape sur les abus sexuels

Les archevêques de Strasbourg et de Paris ont publié les 6 et 7 septembre des textes faisant suite à la lettre du pape François sur les abus sexuels, annonçant leur intention de la mettre en application.

Les effets de la Lettre du pape François au peuple de Dieu, appelant tous les catholiques à s’engager dans la lutte contre les abus dans l’Église, commencent à se faire sentir dans l’épiscopat français. Deux évêques viennent en effet de publier des textes consécutifs à cette lettre, annonçant clairement leur intention de le mettre en application.

Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg, a publié jeudi 6 septembre une longue lettre pastorale sur les abus sexuels, au titre éloquent : « Mieux vaut tard ». Un texte d’une trentaine de pages, très complet, qui aborde sans détour les facettes de cette crise. « Ces “affaires” ne sont pas derrière nous. Elles forment notre présent spirituel. Elles nous interdisent de continuer dans le futur sans changer en profondeur », écrit Mgr Ravel en préambule. « La façon dont ces affaires ont été traitées naguère ne correspond en rien à l’Évangile de la vie et du respect », dit-il plus loin.

« Une maladie endémique de l’Église catholique »

L’archevêque de Strasbourg l’affirme : « Nous sommes tous concernés » par le fléau des abus, qui ne consiste pas simplement en quelques cas isolés mais qui est « une maladie endémique de l’Église catholique ». Il est trop tard pour « une simple réaction épiscopale bien ajustée » ou se contenter de « l’ablation d’un membre », écrit-il. « C’était le remède à prendre dans les années cinquante et soixante pour enrayer le phénomène. » Filant la métaphore médicale, l’archevêque affirme la nécessité d’une « thérapie collective ».

Mgr Ravel va même jusqu’à voir dans l’effondrement du catholicisme en France, « la conséquence visible de cette Maison malade et non rebâtie » qu’est l’Église. Celle-ci, lestée du poids du silence, aurait été comme empêchée dans sa mission d’évangélisation. « Cette libération de la parole chez les victimes et leurs associations sera peut-être la chance de l’Église pour libérer la parole de l’Annonce, jusque-là enchaînée aux fers du crime », espère l’archevêque.

Il évoque ensuite longuement la nécessité d’écouter les victimes. Ancien évêque aux armées, il établit notamment un parallèle entre la souffrance des victimes d’abus sexuels et le syndrome post-traumatique dont souffrent parfois les soldats au retour de la guerre.

Le prêtre « sacralisé au point d’être au-dessus des lois »

Reprenant à son compte la dénonciation du cléricalisme formulée par le pape, il invite à « reprendre à neuf des visions cléricales du prêtre, sacralisé au point d’en faire un être au-dessus des lois ou de la simple justice ». Pourtant, écrit Mgr Ravel, « pour être efficace, la miséricorde faite au pécheur doit être précédée de la justice envers le criminel ».

Dénonçant aussi une inversion des rapports d’autorité, il rappelle : « les brebis appartiennent au Christ et à lui seul, mais le prêtre appartient aux brebis ».

« Il est entendu que nous ne visons pas une Église des purs mais nous voulons travailler à une Église des saints », résume Mgr Ravel, qui appelle chacun à agir concrètement, notamment en faisant preuve de vigilance. « On ne peut pas, si on est habité par cette solidarité, invoquer des clauses de discrétion ou d’indépendance et ignorer notre devoir de veille. On ne peut plus laisser faire un responsable de pastorale sans l’aider à être prudent. »

Dans un communiqué vendredi 7 septembre, Mgr Ravel a expliqué avoir pris la décision d’écrire cette lettre quelques jours après le scandale des révélations en Pennsylvanie, alors qu’il se trouvait à Lourdes avec 600 jeunes de son diocèse. L’archevêque, qui a lui-même rencontré des victimes d’abus ces dernières années, évoque aussi « la lettre du pape François qui me confirmait dans des sentiments personnels que cette crise n’était plus gérable entre évêques ».

À Paris, un message de Mgr Aupetit diffusé dans les paroisses

L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a également publié, vendredi 7 septembre, une lettre à ses diocésains à ce sujet. Dans ce bref message, qui doit être diffusé ou lu en chaire dans toutes les paroisses de la capitale dimanche 9 septembre, il demande à tous les catholiques de « lire attentivement » la lettre du pape. Rappelant que le diocèse est « pleinement engagé » dans la lutte contre les abus « depuis des années », il appelle chacun à « ne jamais choisir un silence complice avec le mal ».

Concernant le cléricalisme, il rappelle lui aussi que « le prêtre est au service de la vie des baptisés ». Enfin, il demande « aux conseils pastoraux et à tous les responsables de communauté » de « travailler aux moyens concrets d’éviter de tels scandales ».

Gauthier Vaillant. Journal La Croix