Actualités, IRLANDE

Actualités

Les Irlandais favorables à l’abrogation du délit de blasphème

Selon deux sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote, les Irlandais ont voté massivement pour abroger le délit de blasphème de la Constitution,

Quelque 3,2 millions d’Irlandais étaient appelés aux urnes vendredi 26 octobre pour dire s’ils souhaitaient supprimer le délit de blasphème de la Constitution.

À cette question, 71,1 % ont voté oui et 26,3 % ont voté non, selon un sondage réalisé par Red C pour la télévision publique RTE auprès de plus de 3 400 personnes sortant de 138 bureaux de vote partout dans le pays. Ils sont 69 % à soutenir l’abrogation et 31 % s’y opposent, indique un autre sondage conduit par Ipsos/MRBI pour le quotidien The Irish Times auprès de 4 300 électeurs interrogés à la sortie de 160 bureaux de vote.

Les bureaux de vote ont fermé à 22H00 (21H00 GMT) vendredi et les résultats sont attendus samedi soir ou dimanche matin.

Une législation jamais appliquée

Le blasphème est défini dans la loi irlandaise de 2009 sur la diffamation comme tout propos ou action « grossier ou injurieux à l’égard des éléments sacrés d’une religion », pouvant ainsi causer « l’indignation des fidèles ».

Il est interdit en vertu de l’article 40.6.1 de la Constitution et passible d’une amende de 25 000 €, une législation qui n’a toutefois jamais été appliquée dans l’histoire récente du pays et est considérée comme obsolète.

Les dernières poursuites pour blasphème remontent à 1855, avant l’indépendance du pays, contre un prêtre disant avoir accidentellement brûlé une bible et finalement acquitté.

Le référendum sur le blasphème s’est tenu le même jour que l’élection du nouveau président irlandais, dont le mandat de sept ans est essentiellement honorifique. Selon les sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote, le président actuel, Michael D. Higgins, 77 ans, est réélu sans difficulté. Il remporte 56 % des voix, selon le sondage publié par le Irish Times, et 58,1 % des voix, selon le sondage réalisé pour RTE.

Le premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a félicité Michael D. Higgins sur Twitter, déclarant être « très heureux » qu’il « continue à être notre président pour les sept prochaines années ».

La Croix (avec AFP)