Actualités, Allemagne

Actualités

L’Église allemande s’inquiète de la montée de la xénophobie

Le président de la Conférence épiscopale allemande, le cardinal Reinhard Marx, estime nécessaire de réduire le nombre de réfugiés arrivant en Allemagne.

Reinhard-Marx

L’Église allemande s’inquiète d’une montée de la xénophobie en Allemagne. Au moment où le parti populiste allemand Alternative für Deutschland (AfD) profite de la crise des réfugiés pour installer un discours de droite radicale, longtemps impensable dans le paysage politique allemand, le président de la Conférence épiscopale allemande, le cardinal Reinhard Marx, s’est livré à une critique de ce discours dans un entretien au quotidien régional Passauer Neue Presse

Des propos inacceptables

Ces propos sont « inacceptables et hostiles à l’humain », a estimé le cardinal Marx. « Il y a malheureusement toujours eu en Allemagne un potentiel certain d’extrémisme de droite et aussi de racisme. Cette idéologie s’est manifestement encore consolidée », juge-t-il, déplorant que le dénigrement des étrangers« s’installe jusque dans les milieux aisés ».

Réduire le nombre de réfugiés

Cependant, et pour ne pas laisser le terrain à ce discours xénophobe, le cardinal Marx appelle aussi à réduire le nombre de réfugiés arrivant en Allemagne. Il estime que le pays ne peut pas « accueillir tous les nécessiteux du monde ».

« En tant qu’Église aussi, nous disons que nous avons besoin d’une réduction du nombre de réfugiés », a-t-il déclaré. Selon lui, la question de l’immigration ne peut être traitée uniquement à l’aune « de la charité mais également de la raison ».

Le président de l’épiscopat allemand a cependant dénoncé la restriction du droit d’asile allemand. « Toute personne qui pénètre dans le sol européen, doit être traité avec respect et recevoir un traitement équitable », affirme-t-il : La frontière de l’Europe ne devrait « pas être une limite de la mort ».

L’an dernier, le pays a accueilli 1,1 million de candidats à l’asile, un record absolu. L’Allemagne n’a jusqu’ici pas donné de prévision officielle du nombre attendu de réfugiés cette année.

La Croix