Actualités, Vatican

Actualités

Le cardinal Müller critique durement son renvoi par le pape François

Le cardinal Gerhard Müller est revenu, dans un entretien à un journal allemand, sur les circonstances de son renvoi de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Dans un entretien au quotidien bavarois Passauer Neue Presse publié le 6 juillet 2017, le cardinal Gerhard Müller a sévèrement critiqué la façon dont le pape François n’avait pas renouvelé son mandat de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF).

« Le dernier jour de mon mandat en tant que préfet de la CDF, le pape m’a informé en une minute de sa décision de ne pas prolonger mon mandat, soutient le cardinal. Il ne m’a pas donné de raisons, tout comme il n’a donné aucune raison au rejet de trois membres hautement compétents de la CDF quelques mois plus tôt. »

Le cardinal Müller fait référence au renvoi demandé par le pape de trois fonctionnaires de la CDF qui le critiquaient ouvertement dans les milieux romains ou tentaient de freiner les mesures demandées par le pape dans la lutte contre les abus sexuels.

« Je ne peux pas accepter cette façon de faire les choses. En tant qu’évêque, on ne peut pas traiter les gens de cette façon. Je l’ai déjà dit : l’enseignement social de l’Église doit être également appliqué à la façon dont les employés sont traités ici au Vatican », poursuit le cardinal Müller. Il reprend ainsi les critiques qu’il émettait depuis plusieurs mois en privé contre l’« autoritarisme » du pape.

« Je ne sais pas où le cardinal était au cours des derniers mois, mais il ne semble pas avoir été à Rome. Ou s’il était à Rome, il a dû garder ses cache-oreilles d’hiver et ses lunettes brouillées pour ne rien voir », rétorque dans La Croix International le Père Michael Kelly, un jésuite australien.

« Même à grande distance – j’habite à Bangkok – il était évident pour moi que s’il ne changeait pas de partition, il ne resterait pas longtemps », souligne-t-il.

Le Père Kelly rappelle notamment l’épisode de la démission de la laïque irlandaise Marie Collins de la Commission pour la protection des mineurs. Le cardinal Müller avait minimisé ses critiques, tout en reconnaissant explicitement avoir fait fi des instructions papales.

Dans son entretien à la Passauer Neue Presse, le cardinal Müller va même jusqu’à suggérer que son renvoi aurait pu causer la mort du cardinal Joachim Meisner.

Les deux cardinaux allemands s’étaient en effet entretenus au téléphone au soir du 4 juillet, à la veille de la mort de l’archevêque émérite de Cologne. Le cardinal Müller s’était alors épanché sur sa révocation.

« Cela l’a perturbé et blessé personnellement. Il a pensé que cela nuirait à l’Église. Cela parle naturellement pour moi – mais c’est un fait – c’est la façon dont il l’a exprimé », assure-t-il. Il explique que le cardinal Meisner lui avait dit sa préoccupation « au sujet des querelles, des disputes et des discussions qui s’opposaient à l’unité de l’Église et à la vérité ».

Sur ce sujet, le cardinal Müller reprend l’argumentation en vogue au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi, selon laquelle celle-ci serait la seule gardienne de la doctrine de l’Église, au besoin contre ce qu’elle perçoit être des interprétations divergences de la part du pape lui-même.

« C’est ainsi qu’en toute clarté je dois m’inquiéter face aux tentatives des cardinaux Schönborn, Kasper et autres pour expliquer comment on peut parvenir à un équilibre entre le dogme, c’est-à-dire l’enseignement de l’Église, et la pratique pastorale qui ne me paraissent tout simplement pas convaincantes », assène-t-il.

Nicolas Senèze, à Rome. Journal la Croix.