Actualités

La réalité du Saint-Esprit

Sommes-nous rachetés?

La situation actuelle paraît contredire la bonne nouvelle du salut qui nous est donné en Jésus-Christ; notre monde n’a pas l’air sauvé. Que reste-t-il de l’annonce du salut face à l’injustice qui crie vers le ciel, au mensonge, à la violence, la faim et la torture? Qu’en reste-t-il face à la solitude, la trahison, l’absurdité des situations désespérées, la maladie et la mort?

Qu’en reste-t- il quand notre propre culpabilité persiste? Notre monde n’est-il pas dépourvu d’attrait et de grâce, dans tous les sens du mot? Jésus est-il donc mort en vain? Ces questions ne sont pas neuves. Elles sont aussi vieilles que le christianisme lui-même. Dès le début, le message chrétien du salut du monde a dû se démarquer par rapport à deux autres réponses. Il y avait et il y a, aujourd’hui encore, la réponse du judaïsme. Celui-ci partage avec le christianisme la foi dans les promesses messianiques du salut. Mais, tandis que le judaïsme attend encore la venue du Messie, le christianisme proclame qu’en Jésus, le Messie, c’est-à-dire le Christ, est déjà apparu et que le salut du monde a déjà commencé.

Par là, le christianisme s’oppose aussi à l’un des courants de pensée les plus influents du monde antique: la réponse de la gnose, qui reprend aujourd’hui vigueur sous des formes renouvelées. Pour la gnose, il ne s’agit pas de sauver le monde, mais de se sauver du monde. Le gnostique veut échapper à ce monde mauvais. Il s’évade soit dans la pure intériorité, la partie saine de notre nature, soit dans un monde tout autre à travers l’extase mystique. Au contraire, la foi chrétienne proclame que Dieu a tant aimé ce monde qu’il a livré son Fils unique et l’a envoyé pour que ce monde soit sauvé par lui (cf. Jn 3,16-17).

Le message chrétien est donc le message d’un salut qui n’est pas de ce monde, mais qui est pourtant le salut du monde (cf. Jn 17,11.14.16.18). Le christianisme annonce un salut qui ne vient pas de ce monde. Il atteste un salut venu de Dieu. Dieu seul peut rendre possible un nouveau commencement; c’est en lui seul, également, que l’homme peut s’accomplir totalement. Mais le christianisme proclame aussi qu’en Jésus-Christ, ce salut est présent une fois pour toutes dans le monde et pour le monde. Comment ce message peut-il être annoncé de manière digne de foi en présence du malheur du monde? Où et comment rencontrons-nous la réalité du salut.