Actualités, Europe

Actualités

La population de tradition musulmane va continuer de croître en Europe

 

L’institut américain Pew Research Center a publié jeudi 30 novembre une étude sur la hausse de la population musulmane en Europe d’ici à 2050.

L’enquête expose trois projections différentes en fonction du taux de migration dans les années à venir.

Si aujourd’hui, la part des musulmans au sein de la population française est estimée à 8,8 % (soit 5,7 millions), elle pourrait atteindre 18 % (soit 13,2 millions) en 2050. Cette projection pour la France, issue de l’enquête réalisée par le Pew Research Center, est basée sur le scénario d’immigration haute.

La population musulmane en Europe va augmenter quel que soit le niveau de l’immigration

La dernière enquête de l’institut américain porte sur la hausse de la population musulmane en Europe – les 28 pays de l’Union européenne plus la Norvège et la Suisse – d’ici à 2050. Trois projections (et non des prédictions) différentes sont exposées en fonction du taux de migration dans les années à venir : le premier avec une immigration nulle ; la seconde avec une immigration moyenne (basée sur les flux moyens entre 2010 et 2015) ; et enfin la dernière avec une immigration haute (basée sur les flux moyens de migrants auxquels s’ajoute l’arrivée de réfugiés en même nombre qu’entre 2014 et 2016).

L’étude doit être prise avec les précautions d’usage puisque le terme musulman est employé au sens large et agrège des pratiquants et des non-pratiquants et que les chiffres cités sont des estimations, comme en France. De même, certaines personnes peuvent changer de religion ou ne plus en avoir. En outre, l’étude précise que les projections basées sur les flux de migration peuvent évoluer en fonction des changements de politique des pays d’accueil et de la variété des pays d’origine des migrants.

Ces précisions faites, l’enquête tend à montrer que, quel que soit le niveau de l’immigration, les personnes de confession musulmane seront plus nombreuses en Europe dans les prochaines années car elles « sont plus jeunes et que leur taux de fertilité est plus élevé que celui des autres européens ». Ainsi dans le cas d’un scénario avec une immigration nulle, la part de la population de confession musulmane en Europe passerait de 4,9 % en 2016 (soit 25,8 millions) à 7,4 % (soit 35,8 millions) à 2050 ; à 11,2 % (soit 57,9 millions) avec une immigration moyenne ; et à 14 % (soit 75,5 millions) avec une immigration haute.

Dans le premier cas, la France deviendrait le pays (hors Chypre) comptant la part la plus importante de musulmans au sein de sa population totale avec 12,7 %. Dans le deuxième cas (hors Chypre), il s’agirait de la Suède (20,5 %). En chiffres absolus, la Grande Bretagne (13,1 millions de musulmans) surpasserait la France (12,6 millions) et l’Allemagne (8,5 millions).

Dans le troisième cas, la Suède (30,6 %) serait toujours le pays comptant la part la plus importante de musulmans mais, en chiffres absolus, l’Allemagne (17,5 millions) dépasserait la Grande-Bretagne (13,5 millions).

Selon l’étude entre 2010 et 2016, 53 % des migrants étaient de confession musulmane

Pour procéder à ces projections basées sur les taux de migration de ces dernières années, le Pew Research Center a étudié la typologie de ces flux en fonction de la religion et du pays d’origine de ses migrants.

Entre mi-2010 et mi-2016, 7 millions de personnes (sans compter 1,7 million de demandeurs d’asile qui ont été ou devraient être déboutés) sont arrivées en Europe dont 3,7 millions de personnes de tradition musulmane et 1,9 million de chrétiens.

L’afflux de réfugiés syriens estimés à 670 000 explique en grande partie la surreprésentation des musulmans. Parmi les pays d’où proviennent les plus gros contingents de migrants, quatre sont à large majorité musulmane : le Maroc, le Pakistan, le Bangladesh et la Syrie.

Arnaud Bevilacqua. Journal La Croix