Actualités, Québec

Actualités

Euthanasie : l’épiscopat catholique s’agite devant l’imminence du vote

L’épiscopat sonne encore une fois la charge contre l’euthanasie. Réintroduit à l’Assemblée nationale le 22 mai, le projet de loi 52 sur les soins à prodiguer en fin de vie pourrait être adopté avant la mi-juin, une perspective qui inquiète les évêques catholiques du Québec.

Dans un nouveau message publié le 27 mai, le président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ), Pierre-André Fournier, demande que le Québec refuse de s’engager sur la voie de l’euthanasie et qu’il préconise plutôt les soins palliatifs.

« Les partis politiques représentés à l’Assemblée nationale se sont entendus pour réintroduire le projet de loi qui permettrait aux médecins de pratiquer l’euthanasie sous l’appellation «aide médicale à mourir». L’adoption de ce projet de loi aurait des conséquences graves et néfastes pour l’avenir du Québec », écrit-il.

L’archevêque de Rimouski souligne que les patients ont déjà le droit de refuser l’acharnement thérapeutique ou de voir leur vie prolonger artificiellement grâce à divers appareils. « Mais ce dont il est question dans le projet de loi, c’est de tout autre chose: c’est de permettre aux médecins de causer directement la mort. Cela contredirait le but même de la médecine: donner la mort à un patient, ce n’est pas le soigner », déplore-t-il.

Mgr Fournier croit que le Québec doit plutôt s’engager envers les soins palliatifs afin de les implanter dans l’ensemble des régions de la province. « C’est ce qu’il faut demander de toute urgence à nos élus: que le Québec se dote d’une politique sur les soins palliatifs et sur leur accessibilité universelle mais qu’il ne s’engage pas sur la voie de l’euthanasie. »

Nombreuses déclarations
Depuis le mois de janvier, c’est la quatrième fois que l’AECQ intervient au sujet du projet de loi 52. En janvier, elle a fustigé le projet de loi en insistant sur le fait qu’elle considère que l’expression « aide médicale à mourir » ne sert qu’à cacher le terme « euthanasie ». Elle revendiquait des soins palliatifs accessibles à tous. Deux semaines plus tard, à l’occasion de la rentrée parlementaire du 11 février, elle a émis un message similaire tout en achetant des publicités dans certains grands journaux de la province afin de faire valoir leur point de vue.

Il y a deux semaines, une fois que le gouvernement libéral de Philippe Couillard eut annoncé son intention de réintroduire le projet de loi 52 à l’Assemblée nationale après les récentes élections, l’AECQ a lancé un nouvel appel à la prière en invitant les catholiques à contacter leur député pour signifier leur opposition.

Source : Radio Ville-Marie