Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 6e Dimanche T.O. (A)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 17-37)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes :
je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
    Amen, je vous le dis :
Avant que le ciel et la terre disparaissent,
pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi
jusqu’à ce que tout se réalise.
    Donc, celui qui rejettera
un seul de ces plus petits commandements,
et qui enseignera aux hommes à faire ainsi,
sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux.
Mais celui qui les observera et les enseignera,
celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux.
    Je vous le dis en effet :
Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens,
vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.

    Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens :
Tu ne commettras pas de meurtre,
et si quelqu’un commet un meurtre,
il devra passer en jugement.
    Eh bien ! moi, je vous dis :
Tout homme qui se met en colère contre son frère
devra passer en jugement.
Si quelqu’un insulte son frère,
il devra passer devant le tribunal.
Si quelqu’un le traite de fou,
il sera passible de la géhenne de feu.
    Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel,
si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
    laisse ton offrande, là, devant l’autel,
va d’abord te réconcilier avec ton frère,
et ensuite viens présenter ton offrande.
    Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire
pendant que tu es en chemin avec lui,
pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge,
le juge au garde,
et qu’on ne te jette en prison.
    Amen, je te le dis :
tu n’en sortiras pas
avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

    Vous avez appris qu’il a été dit :
Tu ne commettras pas d’adultère.
    Eh bien ! moi, je vous dis :
Tout homme qui regarde une femme avec convoitise
a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
    Si ton œil droit entraîne ta chute,
arrache-le
et jette-le loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne.
    Et si ta main droite entraîne ta chute,
coupe-la
et jette-la loin de toi,
car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres
que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne.
    Il a été dit également :
Si quelqu’un renvoie sa femme,
qu’il lui donne un acte de répudiation.

    Eh bien ! moi, je vous dis :
Tout homme qui renvoie sa femme,
sauf en cas d’union illégitime,
la pousse à l’adultère ;
et si quelqu’un épouse une femme renvoyée,
il est adultère.

    Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens :
Tu ne manqueras pas à tes serments,
mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.

    Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout,
ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,
    ni par la terre, car elle est son marchepied,
ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi.
    Et ne jure pas non plus sur ta tête,
parce que tu ne peux pas
rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
    Que votre parole soit ‘oui’, si c’est ‘oui’,
‘non’, si c’est ‘non’.
Ce qui est en plus
vient du Mauvais. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

COMMENTAIRE

Faire le ménage en dedans de soi

On a parlé, ces derniers temps, de certains entraîneurs sportifs, réalisateurs de films et autres promoteurs qui sont dénoncés pour avoir posé des gestes inappropriés à l’endroit des femmes. On sait combien c’est difficile de faire la preuve en pareille matière. Pour ceux qui mènent l’enquête, c’est bien souvent parole contre parole. Tout le monde en sort blessé, autant les victimes que les agresseurs présumés, alors même que les plaintes n’ont pas toujours été prises au sérieux.

L’évangile nous parle aujourd’hui de ces actes extérieurs qui ont d’abord leur source, leur origine à l’intérieur de la personne. Nous avons chacun, chacune personnellement la tâche de nous montrer vigilants et responsables de nos actions, sachant que c’est ce que nous avons dans le cœur qui est déterminant. Malheureusement nous en restons souvent à la pratique du pas vu pas pris

L’enseignement de Jésus nous rappelle que ce ne sont pas d’abord nos actes extérieurs qui nous justifient ou nous condamnent. Nous serons appréciés et jugés principalement par les intentions que nous portons, les pensées qui nous habitent. Nous avons chacun/e la tâche de veiller sur nous-même, sur notre conscience, sur nos valeurs et nos attitudes profondes. C’est là que se vivent notre liberté, notre responsabilité première. « Il dépend de ton choix de rester fidèle », disait la 1ère lecture. « Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu ». Choisis donc! 

Le regard du Seigneur va plus loin que les apparences. Il voit le fond de ton cœur. Et c’est là qu’il te donne rendez-vous pour ta conversion, pour les grandes décisions à prendre dans ta vie. C’est là que se prépare le bien ou le mal, la paix ou la violence, le respect des autres ou l’abus des autres, la vie ou la mort. La Parole de ce dimanche ne cherche pas à nous faire peur. Elle nous dit les attentes du Seigneur, quelle loi nouvelle il voudrait mettre dans nos cœurs pour que nous soyons sages et heureux.

Pour nous faire saisir le sens de son appel, le Seigneur aborde des points particuliers parmi d’autres. Il prend le cas du meurtre et de toute violence physique exercée sur quelqu’un. Déjà la colère, le ressentiment qui s’emparent du cœur de quelqu’un sont homicides. On est ainsi coupable en son cœur avant même de produire l’acte qui donne effectivement la mort.

Dans le cas de l’adultère, c’est une grave injustice qui est commise, mais déjà elle est consommée dans le cœur par la convoitise, le désir entretenu de s’approprier l’autre en allant à l’encontre de l’alliance sacrée du mariage. 

C’est pareil pour le serment où l’on prend Dieu à témoin. Nous risquons de le trahir. La vérité, il faut la vivre d’abord en soi et s’y tenir, et la dire, un point c’est tout!

Le Seigneur nous invite donc à faire le ménage pour que tout, en nous, soit pur, chaste et juste, en harmonie avec la volonté bienveillante de Dieu sur nous-mêmes et sur nos frères et sœurs. Cela tient à notre liberté, c’est sûr, mais c’est aussi grâce à Dieu. Sans son aide, sans les dons de l’Esprit, nous n’y arriverons pas. Il nous faut demander cette assistance. Nous en avons besoin pour vivre pleinement la charité, la loi nouvelle. Rappelons-nous la prière d’ouverture tout à l’heure : « Dieu qui veut habiter les cœurs droits et sincères, donne-nous de vivre selon ta grâce, alors tu pourras venir en nous pour y faire ta demeure.»  Comble-nous, Seigneur, de ta Sagesse!

Une réflexion au sujet de « Homélie pour le 6e Dimanche T.O. (A) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois