Témoins du Christ,

Responsable de la chronique : Marius Dion, o.p.
Témoins du Christ

Qu’est-ce que l’Année Sainte?

Imprimer Par Marius Dion, o.p.

Le-pape-Francois-inaugure-le-debut-de-l-Annee-sainte

Il est venu habiter parmi nous
Le visage de la miséricorde
Entre le bœuf et l’âne, il est couché dans une mangeoire
Le visage de la miséricorde
Dans les cieux, les anges chantent la gloire
Du visage de la miséricorde
Les bergers ont quitté leur troupeau pour adorer
Le visage de la miséricorde
Les rois mages apportent de l’or, de la myrrhe et de l’encens
Au visage de la miséricorde
En nous donnant ton Fils Jésus, tu nous as montré Seigneur
Ton visage, celui de la miséricorde

QU’EST-CE QUE L’ANNEE SAINTE ?

L’année sainte trouve son origine dans l’année jubilaire de l’Ancien Testament. Dans l’Eglise catholique, l’institution de d’une année sainte remonte au pape Boniface VII en 1300. La remise totale des peines dues aux péchés, dont elle est l’opportunité, a donné à cette année le nom de jubilaire par assimilation à la libération des esclaves dont le jubilé juif était l’occasion.

Elle devait être célébrée tous les 100 ans. Mais le pape Clément VI, en 1343, ramène ce délai à 50 ans (à compter de l’année 1350) et le pape Urbain VI, en 1389, à 33 ans (durée de la vie du Christ). Enfin, en 1470, le pape Paul II en fixe le rythme à 25 ans, règle toujours observée depuis lors. Aux années saintes ordinaires, les papes ont pris l’initiative d’ajouter des Années saintes extraordinaires en fonction des circonstances, par exemple celle proclamée par Jean-Paul II en 2000 en l’honneur des 2000 ans de l’Incarnation.

Dans la tradition catholique, une année Sainte est un grand événement religieux. Il a été institué pour consolider la foi, favoriser les œuvres de solidarité et la communion fraternelle au sein de l’Eglise et dans la société, pour rappeler et encourager les croyants à une profession de foi plus sincère et plus cohérente dans le Christ. C’est une année destinée à promouvoir une sainteté de vie, en stimulant la prière des fidèles, leur esprit de conversion et de pénitence, et leur sens de l’Eglise.
Durant cette année, l’indulgence plénière, soit la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés dont la faute est déjà effacée, est accordée à certaines conditions: le détachement complet du péché, la confession, la communion sacramentelle et la prière aux intentions du Pape.

La dernière Année jubilaire ou « Année sainte » date de l’an 2000. C’est logique puisque les années saintes ont lieu, en général, tous les 25 ans. Mais il peut y avoir des exceptions… Le pape François inscrit donc une cinquième exception à ce principe, après Urbain VI (1390), Benoît XIV (1754) et Jean Paul II (1983) en proclamant la tenue d’une Année jubilaire de la miséricorde en 2016. Elle commencera en la fête de l’Immaculée Conception le 8 décembre 2015, et s’achèvera en la Fête du Christ Roi, le 20 novembre 2016. Elle est placée sous la devise « Miséricordieux comme le Père ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Témoins du Christ

Les autres chroniques du mois