Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Homélie pour le 6e Dimanche de Pâques (B)

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Je t’aime à la folie

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 15,9-17. 
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Comme le Père m’a aimé5, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour.
Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.
Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.
Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.
Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.
Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.
Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.
Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres.

COMMENTAIRE

L’Évangile aujourd’hui nous convie à la pratique d’un grand amour. Une belle et profonde expérience : aimer comme Dieu nous a aimés. D’un amour pareil au sien. D’un amour grand comme le sien. Un appel inouï : que nos bras et nos cœurs s’ouvrent sur l’horizon immense de l’humain, sur l’horizon infini de Dieu!

Si ce n’était pas le Seigneur lui-même qui nous y invitait, nous serions grandement téméraires et prétentieux de vouloir aimer de la sorte. Qui sommes-nous pour aller aussi loin? Qui sommes-nous pour nous risquer à aimer ainsi notre Dieu et notre prochain? L’expérience quotidienne nous rappelle bien plus nos limites, nos résistances et nos réticences à aimer, nos incapacités d’aimer l’autre, nos infidélités fréquentes. Et pourtant l’invitation demeure, le commandement de Jésus nous sollicite sans réserve pour un engagement d’amour envers Dieu, envers nos frères et nos sœurs.

L’appel de l’amitié nous a rejoint depuis toujours. Il a donné couleur aux périodes les plus heureuses de nos vies peut-être. Nos amitiés d’enfant, d’adolescent. Nos amis anciens et nouveaux. Nos amis perdus et retrouvés. Des expériences qui ne sont jamais sans émotion, puisqu’elles nous concernent personnellement, intimement. C’est beau, c’est bon, c’est important l’amitié dans une vie d’homme et de femme.

Nous vivons des rapports affectifs entre nous dans un équilibre parfois difficile. Certaines amitiés sont pour nous source de fécondité, de joie, de confiance. Elles nous construisent, nous solidifient. D’autres amitiés sont ambiguës et peuvent nous perdre, nous rendre captifs, nous isoler, générer l’exclusion, une servitude gênante, beaucoup de souffrance.

Si aujourd’hui le Seigneur utilise l’image de l’amitié c’est pour évoquer la qualité éminente et la fonction absolument libératrice de son rapport avec nous. Jésus se pose comme notre ami véritable. Il entre dans le champ de nos relations, à côté des autres, en compétition avec d’autres. Il demande à devenir notre meilleur ami. Pour que nous aimions plus… et mieux.

Nos amis, nous le savons, ont certains droits sur nous. Ils ont fait que nos vies ne sont plus pareilles. Ils nous entraînent avec eux vers un pays nouveau que, seuls, nous n’aurions pas découvert. Jésus, notre ami, nous entraîne dans le Royaume, dans la demeure du Père, dans le monde nouveau où notre liberté et notre force d’aimer peuvent prendre toute leur dimension. L’amitié du Seigneur a des conséquences. Elle a ses conditions. «Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande…Ce que je vous commande c’est de vous aimer les uns les autres ». Jésus nous propose une amitié ouverte, immense, qui déborde sur les autres. Il parle d’un amour généreux, accueillant, pleinement fraternel.

En Jésus, Dieu nous a regardés et il nous a aimés infiniment. C’est dans un état de grâce que son amitié nous établit pour que nous partions comme lui, avec lui, dans l’aventure du cœur, au risque de nous perdre. Il nous dit même quelque part que c’est là le seul chemin par où sauver nos vies et sauver le monde.

Frères et sœurs, demeurons dans cet amour. Considérons comme une faveur immense d’être les amis du Christ, appelés à lui ressembler dans l’amour, jusqu’à nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés.

 

2 réflexions au sujet de « Homélie pour le 6e Dimanche de Pâques (B) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois