Nous deux,

Responsable de la chronique : Caroline Pinet
Nous deux

C’est beau l’amour !

Imprimer Par Caroline Pinet

Bonne-fete-les-amoureux

Sandrine et Philippe ont gardé ce regard tendre entre eux, même après quinze ans de mariage. Quand on le lui a fait remarquer, Sandrine, candide, nous dit avec une sincérité émouvante que c’est parce qu’elle a un époux idéal… et elle le croit ! Elle ajoute même qu’avec ses parents, Philippe est le fils idéal, qu’avec ses enfants il est le père idéal. Porter un regard si positif sur l’autre contribue à l’amour conjugal. Le Pape François, dans ses dix conseils pour être heureux, mentionne  qu’être positif contribue au bonheur.

Philippe sourit timidement. Il pose un regard plein d’amour sur Sandrine.

Nous, leurs amis, nous savons que Sandrine, plus latine, apporte une joie de vivre dans leur foyer. Elle en est le cœur qui bat. Celle qui fait apparaître les belles tables, celle qui trouve les idées chouettes de sortie, celle qui stimule et anime la maisonnée ! Elle est indéniablement plus expressive ! En toute simplicité, elle nous explique qu’en tout temps, même au cœur de leurs fatigue, ils font l’effort d’être attentionnés l’un envers l’autre. Le premier qui arrive du travail dresse une belle table et s’occupe de concocter un bon repas pour accueillir la famille et soulager l’autre qui rentre plus tard. Ils se portent ainsi mutuellement attention dans les moindres gestes  du quotidien, non seulement pour l’alléger, mais également pour l’égayer. Ils prennent également du temps ensemble, deux fins de semaine par année pour partir à deux se ressourcer afin de revenir en forme pour s’occuper de leurs six enfants.

L’amour dont nous sommes témoins est  beau à regarder. Nous pouvons en tirer une émulation ou en concevoir un dépit de ce que nous ne vivions pas le même amour… Il nous faut pourtant prendre  conscience que c’est par notre attitude, la disposition de notre cœur que nous pouvons faire grandir notre amour conjugal. Chaque couple a la possibilité de s’épanouir dans l’amour. Pour cela, il faut être deux, réellement deux ! Deux à le désirer et à le mettre en œuvre. Deux, comme ces deux amoureux qui, au pied de l’autel, se sont jurés devant Dieu, amour et fidélité pour toute la vie.

L’amour est conjugal est en soi une grâce, une chance, mais il ne surgit jamais par magie ! Il est toujours un choix, celui d’aimer et de se tourner vers l’autre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous deux

Les autres chroniques du mois