Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique : Denis Gagnon, o.p.
Billet hebdomadaire

Comment croire? Réponse à une lectrice

Imprimer Par Yves Bériault, o.p.

Une lectrice m’écrit afin de savoir comment l’on fait pour croire en Dieu. D’entrée de jeu, elle reconnaît qu’il s’agit sans doute d’un don…

Pourquoi certaines personnes n’ont-elles pas le don de la foi?

Vous avez raison, il s’agit bien d’un don et l’homme est bien impuissant à se donner la foi. Je parle de la foi qui fait vivre et aimer, celle qui nous dépasse. La foi chrétienne affirme que Dieu ne fait pas de distinction entre les personnes. Toutes sont appelées à le connaître et à l’aimer. Dieu n’est pas chiche et il n’a pas de préférés. Ou s’il en a, comme nous le voyons dans les évangiles, ce sont toujours ceux et celles qui sont les plus loin de lui. Jésus montre une attention toute particulière pour les pécheurs et les exclus, pour ceux que l’on considère perdus.

Alors pourquoi cette foi semble-t-elle vous échapper? C’est saint Augustin qui faisait dire à Dieu dans ses « Confessions » : « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé. » Je pense bien qu’il y a en vous une recherche suffisamment sérieuse pour que vous preniez la peine de m’écrire et, dans toute recherche, c’est déjà Dieu qui est à l’oeuvre et qui appelle.

La démarche de foi implique un certain saut dans l’inconnu. Tous ne le vivent pas ainsi. Certaines personnes semblent être tombées dans un « bénitier » dès leur tendre enfance et la foi ne semble jamais leur avoir fait défaut. D’autres doivent chercher de manière plus laborieuse et je ne doute pas que c’est parce que Dieu les attend ailleurs. Non pas que Dieu se refuse, mais parfois notre histoire personnelle nous a fait fermer la porte à Dieu. Mais comme le dit Jésus au livre de l’Apocalypse : « Je me tiens à la prote et je frappe, Celui qui m’ouvrira, je prendrai mon repas avec lui et lui avec moi. » Ailleurs dans les évangiles Jésus dit : « Frappez et l’on vous ouvrira, demandez et vous recevrez ».

Le don de la foi et la plus belle demande qu’une personne puisse faire, car la foi illumine toute notre existence et lui donne une direction assurée.

Et c’est ainsi qu’intervient la notion de l’amour. Car la foi c’est vouloir entrer dans l’amour de Dieu. C’est accepter de se laisser aimer par lui, de remettre entre ses mains toute notre vie, tous nos espoirs, nos peines et nos projets. Il y a là une dimension de confiance. Si quelqu’un veut croire en Dieu il doit tout d’abord lui faire confiance et le prier et lui demander cette foi. La quémander! C’est cela le saut dans l’inconnu, mais dont on ne revient jamais les mains vides. Croyez-moi!

Yves Bériault, o.p.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois