Parole et vie,

Responsable de la chronique : Jacques Marcotte, o.p.
Parole et vie

Cinquième dimanche de Pâques. Année A

Imprimer Par Jacques Marcotte, o.p.

Merveilleuse intimité!

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,1-12. 

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. 
Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? 
Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. 
Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin. » 
Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? » 
Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. 
Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » 
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » 
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. 
Comment peux-tu dire : ‘Montre-nous le Père’ ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c’est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres œuvres. 
Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des œuvres. 
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père. »

COMMENTAIRE

L’Évangile de Jean est riche en images surprenantes, mais combien suggestives, qui disent notre rapport au Christ et à Dieu. Avec audace, ces images nous expliquent le rôle du Christ dans la vie des humains.

Aujourd’hui nous sommes bien servis avec des références qui touchent à l’essentiel de notre quête et de nos attentes : le chemin du bonheur, les certitudes essentielles, une demeure où vivre enfin dans la paix et la joie.

Où est-il ce lieu où s’épanouiront nos vies? Jésus le sait d’expérience, lui qui vit à demeure avec le Père. Et il s’offre pour nous y conduire. Le chemin pour y arriver, c’est lui-même. Cette demeure, c’est lui aussi. Ne cherchons pas ailleurs. Ou plutôt, si nous cherchons vraiment partout, il sera toujours là. Car il est notre seul guide véritable vers le Père et vers la Joie. Il saura bien nous donner enfin ce que nous cherchons de tout cœur. Il sera au terme comme il est tout au long de la route : d’abord chemin vers l’Autre; puis notre justice, notre vérité, notre foi; enfin la vie qui chante l’amour et la communion en nous, entre nous, avec le Père et le Fils, dans l’Esprit.

Dieu se décline finalement pour nous dans les termes d’une relation, celle-là même qui nous identifie à la source de notre être, la relation parentale, en l’occurrence celle du père et du fils.  Nous avons ainsi de quoi nous retrouver en toute familiarité et confiance avec lui et rêver d’un grand avenir.  Désormais nous savons le chemin vers lui.  Nous avons une maison avec lui. Un chez nous chez lui.

Jésus ne revendique pas pour lui seul son statut de Fils.  Il parle du Père et du Fils, comme pour nous inclure et nous introduire tout à notre aise et en toute vérité en cette relation de parenté, d’intimité, de profond enracinement mutuel.  Nous touchons là à quelque chose d’essentiel de notre condition croyante fondamentale.  Réalisons-nous à quelle beauté, à quelle bonté, à quelle divine liberté nous sommes appelés?

« Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure. » Jésus prononce là des mots simples, qui nous ouvrent la porte sur une extraordinaire possibilité. Nous cherchons la stabilité, la paix, un séjour tranquille quelque part. Nous sommes inquiets tant que nous n’arrivons pas à nous placer.  Nous savons le malheur et la détresse des itinérants, des sans-logis, des sans papiers.  Jésus nous rappelle que on Père a de l’espace pour nous en sa maison; sa  maison est vaste comme le monde et plus encore. Cette demeure, elle est là qui nous attend. Elle nous habite en désir et prière; d’avance elle nous tient au chaud de l’amour du Père, du Fils et de l’Esprit. Nous sommes par anticipation tout habillés de tendresse et réconfortés déjà à la table de la miséricorde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois