Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

2e Dimanche du Carême. Année A.

Imprimer Par François-Dominique Charles

La gloire divine habite le corps de Jésus et nous illumine

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! »
Entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d’une grande frayeur.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et n’ayez pas peur ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus que lui, Jésus seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

COMMENTAIRE

Abraham a tout quitté et il s’est mis en marche avec Dieu vers un pays inconnu. Pierre, Jacques et Jean se sont mis aussi en route avec Jésus sans savoir vraiment le but de la route. C’est au fond de son être qu’Abraham a entendu l’appel : « marche en ma présence et sois parfait » (Gn 17,1). Pierre, Jacques et Jean ressemblent à Abraham. À l’appel de Jésus, au bord du lac de Galilée, un jour ils ont tout laissé et se sont mis en marche, sans poser de question ; comme le vieux Patriarche, ils ont répondu à l’appel, non pas avec des paroles, mais en se mettant simplement en route.

Abraham, Pierre, Jacques et Jean sont animés, au plus profond d’eux-mêmes, par une quête, un désir, une espérance, une foi. Ils ont cette conviction qu’au-delà de ce qu’ils perçoivent du monde, au-delà de ce qu’ils en expérimentent, il y a Quelqu’un qui appelle, qui fait signe, qui leur parle et qui les invite à aller au-delà d’eux-mêmes et de leurs résistances. C’est par la foi, dit l’épître aux Hébreux qu’Abraham obéit à l’appel et partit sans savoir où il allait (Hb 11,8). C’est par la foi que les trois apôtres se mettent aussi en marche à la suite de Jésus, cette foi qui fait voir ce qu’on ne voit pas, qui rend les yeux capables de « voir l’Invisible » (Hb 11,27).

Pierre, Jacques et Jean montent derrière Jésus sur une haute montagne qui ressemble fort à cette vieille montagne du Sinaï sur laquelle Moïse et Élie ont rencontré le Dieu invisible… Et là, l’aspect de l’homme Jésus est transformé : son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements irradient de lumière. Or, Moïse et Élie sont aussi là, sur la montagne (Ex 33 et 1 R 19). Les yeux de chair des apôtres peuvent soudain percevoir, par grâce, l’invisible gloire divine, l’invisible lumière qui rayonne de l’humanité de Jésus en qui, dit l’auteur de l’épître aux Colossiens, « habite corporellement la plénitude de la divinité » (Col 2,9). L’humanité de Jésus abrite l’invisible et éternelle gloire divine du Fils de Dieu.

Il y a dans l’abside du chœur de l’église byzantine du monastère Sainte-Catherine du Sinaï, construite pour commémorer la rencontre de Moïse avec Dieu dans le buisson ardent, une extraordinaire mosaïque datant du 6e siècle. Bien que peu éclairée car l’église est très sombre, la mosaïque est lumineuse car elle est faite d’un nombre immense de petits cubes d’or. C’est sur cet éblouissant fond d’or que se détachent les personnages : Jésus est représenté en « Pantocrator » dans une mandorle ; il est entouré à sa droite du prophète Élie et à sa gauche de Moïse, tous deux étant inclinés vers lui ; à ses pieds, il y a Pierre, allongé et semblant sortir du sommeil, et les deux autres apôtres qui sont agenouillés : leurs visages sont tournés vers Jésus et ils ont les mains levées comme des orants. De Jésus, revêtu d’un habit d’une blancheur éclatante, irradient des rayons de lumière vers tous les personnages. Jésus est lumineux au centre de l’abside qui est « orientée » dans la direction du levant : c’est donc lui le soleil levant ! Toute la lumière vient de lui ; il est la source de la lumière ; tous ceux qui sont « orientés » vers lui comme Élie, Moïse, les trois apôtres ou tous les croyants qui sont dans la nef et le regardent sont illuminés par le Christ.

Quelle belle image de notre foi et de notre espérance. Les apôtres, sur la montagne, entrevoient par avance la lumière glorieuse de la Résurrection. A travers le filtre de sa propre humanité, Jésus révèle aux trois apôtres que leurs propres corps sont destinés à refléter cette lumière de Dieu qui réside dans le corps du Christ et à en être embellis. Cette lumière qui habite en cet homme Jésus qu’ils suivent ne pourra jamais être éteinte dans la nuit de la passion et de la mort. La montagne de la Transfiguration appelle celle du Golgotha et la lumière de la Transfiguration annonce celle du matin de Pâque.

Il est intéressant de remarquer que Jésus choisit seulement trois apôtres parmi les Douze pour les conduire sur la montagne. Cette expérience n’a pas été offerte à tous les apôtres. Elle n’est donc pas indispensable sur la route de la foi. La majorité des disciples n’a pas contemplé le Seigneur transfiguré mais tous, après la nuit de la Passion, seront appelés à voir le Ressuscité. Une telle expérience mystique est exceptionnelle. Nous n’avons pas à la rechercher. Il est préférable de suivre simplement Jésus dans la confiance et jusqu’à la croix. « Ce n’est pas la gloire à quoi j’aspire, mais c’est le glorifié que je veux embrasser », écrivait saint Grégoire de Narek, un saint de l’Église arménienne de la fin du 10e siècle.

La beauté de la divinité est demeurée cachée dans le corps défiguré et déshumanisé du Crucifié. Le croyant sait que la gloire divine habite en permanence dans le corps de Jésus, même dans les heures sombres de la Passion. Comme nous le lisons dans la lettre de Paul aux Philippiens : « étant de condition divine, il s’est dépouillé et s’est abaissé jusqu’à la mort de la croix… » (Ph 2,6-8). Sur la croix, la lumière de la gloire divine est tellement devenue invisible que les ténèbres recouvrent même la terre… Invisible, certes, mais pas éteinte : au Golgotha, il y a comme une éclipse de la lumière divine au moment de la mort de Jésus ! Notre marche dans la foi ne nous permet pas souvent de voir cette lumière de Jésus transfiguré… à moins de faire immensément attention à ceux qui nous entourent, particulièrement ceux qui souffrent… Même sur la croix, le corps brisé de Jésus demeure un sanctuaire de la gloire divine. Tout corps défiguré peut donc héberger en secret cette lumière de la Gloire comme le corps de Jésus sur la croix. Quel immense mystère ! Depuis le matin de la résurrection, la lumière du Ressuscité s’est infiltrée dans tous les corps humains blessés. Cette lumière est invisible à nos yeux de chair ; elle n’est perceptible qu’avec les yeux de la foi. Ne cherchons donc pas à nous installer sur la Montagne pour y camper comme Pierre a proposé de le faire car le Christ en est redescendu. La lumière divine a quitté la montagne de la Transfiguration pour s’infiltrer dans nos corps d’argile destinés à contenir le trésor de la lumière la gloire (2Co 4,6).

Frère François-Dominique CHARLES, o.p.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Parole et vie

Les autres chroniques du mois