Éditorial,

Responsable de la chronique :
Éditorial

Étoiles de mer

Imprimer Par Jacques Marcotte

Évadé pour une semaine dans les mers du sud, je m’y retrouve avec des centaines de navigateurs attirés eux aussi par les températures plus douces, le soleil au zénith, les flots couleur turquoise, les vents du midi. Tous veulent combler leur besoin d’évasion et leur goût du grand large.

Il m’arrive de remarquer, bien étalées sur fond de sable blanc, finement découpées, des dizaines d’étoiles de mer. Elles s’agrippent au fond marin. Elles ont un impressionnant système, mi végétatif mi animal, qui, avec une patience infinie, s’occupe de les nourrir d’on ne sait quelle substance. Tout a l’air de se passer pour elles selon les lois d’un parfait équilibre, d’une merveilleuse harmonie.

Le va-et-vient de surface des humains contraste avec la lenteur du mouvement observé plus bas. Les hommes et femmes d’ici construisent au quotidien une société nourrie de contacts furtifs, de bienveillance spontanée, de générosité surprenante, de respect mutuel. Un monde naturellement amical et fraternel. Pour une échappée vers le bonheur. Un état soudain de grâce et de véritable communion. Un monde artificiel certes, mais révélateur d’une quête en partie réussie de joie, de paix, de liberté.

Rêvant sous la voûte étoilée, il m’arrive d’associer tout ce monde qui évolue à l’unisson. Depuis les astres qui gravitent dans le ciel jusqu’aux puissants organismes tapis dans le fond marin, en passant par les lanternes signalant la présence de centaines de bateaux qui dansent sur les vagues.

Il n’y a pas d’étoiles que celles du firmament. Il n’y a pas que la Grand Ourse, Orion, Cassiopée et les autres. L’ancrage des étoiles s’est partout fixé, aussi bien ici-bas que là-haut. Heureuse correspondance. Harmonie évidente. Parentée universelle. J’aime y voir aussi le quotidien que je vais bientôt retrouver, les projets que je porte, toute la mouvance humaine rencontrée. Voici que tout s’insère dans un ensemble cosmique où quelqu’un donne le ton et le rythme à toute chose créée.

Et si les révolutions là-bas au Moyen-Orient y trouvaient leur place, leur fonction et leur compte? Tous étoiles en devenir, étoiles de la mer, de la terre et des cieux. Lumières d’un jour et de toujours. Pour le bonheur et la paix convoités, enfin réalisés.

Jacques Marcotte, OP, George Town, Bahamas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Éditorial

Les autres chroniques du mois