Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Seigneur Dieu

Imprimer Par Élaine Champagne

D’ordinaire, j’aime à chercher à Te reconnaître dans la vie de tous les jours. J’aime en particulier te découvrir dans ce qu’expriment les enfants : un esprit de vitalité, de joie et de compassion aussi, un esprit de confiance et d’ouverture à l’avenir. Les enfants me parlent d’espérance. Souvent, ils ouvrent sans le savoir des fenêtres sur Ta Présence.

Aujourd’hui, je voudrais Te prier pour les enfants. Pour Te rendre grâce pour ce qu’ils sont dans nos vies. Mais aussi pour les confier de tout cœur à Ta bonté. Car parfois, et plus que nous le voudrions, les enfants souffrent. Et c’est intolérable de voir un enfant souffrir… La souffrance des enfants est profondément injuste parce qu’ils ne peuvent encore être vraiment responsables, parce qu’ils sont vulnérables et parce qu’ils dépendent de nous. Les enfants éveillent notre profonde compassion. Leur douleur fait mal à notre chair. Et à cause de cela, nous n’aimons pas la voir. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont petits que les peines des enfants sont petites.

Aussi, je Te prie pour Gabriel qui a perdu son bon chien et pour Jaëlle qui s’est disputée avec ses amies. Je Te prie pour Nadine qui est au lit avec un vilain rhume et pour Julien qui se sent incompris et seul. Je Te prie pour Eduardo et sa sœur Paula, un peu perdus dans leur nouvelle école, leur nouveau pays. Je Te prie pour Annie et Casandra qui cherchent leur place dans la nouvelle configuration de leur famille. Je Te prie pour Jeanne qui a fait rire d’elle à l’école, et pour Danny qui se fait intimider et même harceler par des grands.

Je Te prie pour Judith, déchirée entre ses parents qui se querellent et pour Matthias, dont le père a perdu son emploi. Matthias se fait du souci pour sa famille. Je Te pris pour Alexis qui n’a rien pour déjeuner à la maison. Je Te prie pour Nathan qui a perdu ses parents dans un accident de voiture, pour Josiane qui n’aime pas sa nouvelle famille d’accueil et pour Émilie qui lutte contre un cancer.
Je te prie pour Alia qui subit de la violence à la maison, pour Nancy à qui l’on a appris à vendre son corps comme un vulgaire objet et pour Adam à qui l’on a mis une vraie mitraillette dans les mains « pour jouer » à l’âge de 6 ans.
Je Te les confie. Ce sont Tes enfants. N’es-Tu pas proche du petit, de celui ou celle qui a le cœur brisé? Ne les abandonne pas.

Surtout, donne-nous des mains, pour que nous puissions participer à alléger leur fardeau. Ouvre notre cœur, pour que nous puissions contribuer à faire de notre milieu, de notre monde, un monde plus humain, plus accueillant de ses enfants, peu importe leur origine et leur histoire.

Viens à leur aide. Viens à notre aide. Que nous gardions vivante l’espérance qu’ils nous communiquent. Que nous gardions vivants nos propres cœurs d’enfants. Que l’annonce de Ton salut nous fasse ensemble garder courage. Ils ont besoin de nous. Nous aussi, nous avons besoin d’eux. Et ensemble, nous espérons voir Ton visage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois