Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Reconnaissance et gratitude

Imprimer Par Élaine Champagne

Une de mes amies avait appris à sa petite fille qui ne savait pas encore parler, comment dire merci. D’un geste de la main, en langage des sourds, encore toute jeune, elle faisait le geste aux moments opportuns, de manière appropriée.
On pourra dire qu’il s’agit d’un réflexe conditionné. Rien de plus. Mais quand je regarde les enfants, je m’étonne souvent. Souvent, les plus petits vont spontanément apporter un objet qu’ils aiment à la personne avec qui ils désirent entrer en relation ou communiquer. Comme pour ouvrir la porte : un don. S’ils savent donner, auraient-ils aussi l’intuition du sentiment de reconnaissance et de gratitude?

« Reconnaître » le don d’autrui, les cadeaux matériels, mais aussi le don de relation (temps, entraide, écoute, affection, joie…) et accueillir ce don, n’est-ce pas cela la « reconnaissance »? Reconnaître la gratuité d’un don, c’est prendre conscience que nous recevons ce pour quoi nous n’avons rien fait et ce pour quoi il ne nous sera rien demandé… C’est de cette manière qu’Albert Nolan, dans son très beau livre « Suivre Jésus aujourd’hui » (Novalis, 2009), nous invite à vivre avec un cœur reconnaissant. Découvrir face aux dons reçus que bien souvent, nous n’y sommes pour rien. Sinon pour accueillir dans la reconnaissance!

Un tout-petit me racontait un jour avec enthousiasme : « Moi, j’ai une télé qui a plein de bandes dessinées pour moi! » Et il était heureux! Reconnaissance et gratitude. Même lorsqu’ils ne peuvent se percevoir que comme le centre de leur univers, les jeunes enfants, lorsqu’ils s’émerveillent, témoignent qu’ils n’y sont pour rien devant la beauté ou la merveille qu’ils contemplent. Elle leur est donnée. Gratuitement. Ils la goûtent et s’en réjouissent.

Nolan commente : « La gratitude est une façon différente de se situer par rapport à tout ce qu’il y a dans la vie. » (145) La vie et tout ce qu’elle comporte est un don. Il faut savoir que le regard que nous propose la Bible au sujet du monde nous le montre comme Bon. Dieu a créé le monde et a vu que c’était « Bon ». Dieu de bonté. Le monde, comme Don bienfaisant de Dieu.

Pourtant, la souffrance nous fait mal, comme elle fait mal à nos frères et sœurs humains. Il ne faut pas la nier sous prétexte qu’il nous faut être plein de gratitude. Comme Nolan précise : « Il existe un réel danger que pour arriver à conserver notre joyeuse gratitude nous minimisions la souffrance et le mal présents dans le monde, quand il ne s’agit pas de l’ignorer purement et simplement (…) [Mais] nous ne pouvons pas laisser le mal du monde détruire en nous l’esprit d’humble reconnaissance. »

Parce qu’il est un temps propice à la gratuité, l’été me semble une saison privilégiée pour continuer à cultiver en nous et entre nous la gratitude, la reconnaissance des dons offerts et reçus gratuitement. Reconnaître le don d’abondance de vie et de beauté qui nous sont offerts. Reconnaître les petites choses du quotidien qui nous sont données, et qui au fond dépendent des autres. Reconnaître le don de cette présence de ceux et celles qui nous entourent et nous aiment. Ne pas nier le mal ou la tristesse. Mais « aussi » sans perdre de vue toutes ces occasions de reconnaissance qui nous sont données… Et comme les enfants, nous en étonner. Et avec eux, en présence de notre Dieu, nous vivre dans la gratitude : rendre grâce.

Maître Eckhart aurait dit : « Si ta seule prière est « Merci »… cela suffit. »
Bon été à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois