Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Juste en passant… L’hospitalité

Imprimer Par Élaine Champagne

Alors que je visite sa famille pour la première fois, la petite Anna, 3 ans, me raconte : « Moi, je m’amuse dans la maison. Puis quand il y a des invités qui viennent à la maison, bien, j’ouvre la porte, puis là, les invités rentrent. Des fois, ils prennent une tasse de thé. Puis des fois, c’est nous (les enfants) qui dînent (sic) avant, puis après, c’est les invités, puis après… puis après… » Elle parle de plus en plus bas, si bien que la fin de l’histoire reste en suspens… comme si elle ne se terminait pas.

Effectivement, quand je suis arrivée, c’est Anna qui m’a ouvert tout grand la porte et m’a saluée joyeusement. Une vraie petite hôtesse. Les jeunes enfants me parlent souvent, dans leur attitude, d’hospitalité. Le neuf prend beaucoup de place dans leur quotidien. Tout est encore inconnu pour eux. L’univers est à découvrir, à explorer. Et les enfants témoignent souvent d’ouverture, ils témoignent de l’espace intérieur nécessaire pour accueillir l’inconnu, l’imprévu, la personne nouvelle sur leur route.

Pour ce faire, les jeunes enfants ont besoin de l’appui et de la confiance en la vie de leurs parents. Les parents aussi nous disent l’hospitalité de leur famille lorsqu’ils accueillent parmi eux un nouveau membre, un nouveau petit être, ce petit garçon ou cette petite fille. Ils ont vécu son arrivée dans le couple, dans la famille, par eux tous. Ils accueillent à la vie une nouvelle petite personne. Une personne unique qu’ils ne connaissent pas encore. La famille est ainsi appelée devenir cet espace d’hospitalité.

La famille, comme les jeunes enfants, sont aussi ouverts sur le monde. Par les engagements multiples, les rencontres quotidiennes des uns et des autres, les membres de la famille sont constamment en relations avec plus grand que leur petite famille. L’école, le travail, les loisirs mettent en réseaux de toutes sortes. Des amis des enfants viennent à la maison, des voisins viennent prendre un café, des cousins viennent visiter la parenté. Les jeunes enfants et les familles sont encore une fois témoins d’une hospitalité qui demande de l’espace, du temps, de la disponibilité, de l’ouverture du cœur. L’hospitalité, c’est d’expérimenter, au-delà des horaires bousculés, ce : « Oui, j’ai de l’espace, du temps pour toi! Viens! »

Barbara Myers, dans son livre “Young Children and Spirituality” (1997 – Routledge), parle de cet espace hospitalier, cet espace de disponibilité à l’inconnu, au mystère. Nos vies sont appelées à ne pas être trop « pleines » d’elles-mêmes. Il y a place pour l’autre, pour le nouveau, pour la rencontre. Ainsi, l’hospitalité, comme attitude du cœur, ou encore l’espace hospitalier, comme lieu qui fait place à l’indéterminé, à l’improviste, à l’inconnu, peut devenir à notre insu espace de rencontre du transcendant, de Celui qui nous dépasse infiniment et nous est plus intime que nous-mêmes. Lorsque nous nous faisons plus hospitaliers, Dieu se laisse parfois reconnaître parmi nos hôtes.

La belle saison nous offre une belle occasion de nous désencombrer pour redevenir, comme les enfants, un peu plus hospitaliers. Des visiteurs risquent alors de nous surprendre… Et puis après, et puis après… L’histoire ne fait que commencer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois