Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Parents d’enfants…parents d’adultes!

Imprimer Par Anne-Marie Laffage

Il y a quelques temps, j’étais au parc, je regardais un petit garçon s’amuser dans le sable. La maman s’approche de moi et me dit : « Vous avez des enfants? » Je ne m’attendais pas à cette question, mais je lui réponds : « Oui, j’ai trois beaux garçons! » Un peu surprise, elle me demande l’âge de mes enfants. « Oh! Ce ne sont plus des enfants, ils ont 18, 21 et 23 ans ».

Le temps passe si vite, de petits bébés ils sont devenus de grands garçons qui nous ont apporté, comme parents, d’immenses joies et qui ont demandé beaucoup de temps et d’énergie. Puis est arrivé l’adolescence où l’on commence déjà à perdre une partie de l’influence que l’on exerçait sur eux et qui nous permettait d’avancer ensemble à travers des valeurs communes auxquelles chacun adhérait sans difficulté.

Pour nous, les parents, et je dirais même pour toute la famille, ce fut un temps très difficile. Lentement nous perdions les repères que nous avions bâtis ensemble. Ces années de perturbations – où certains événements causés par des choix souvent lourds de conséquences que les jeunes ont faits – se sont avérés très douloureuses. En même temps, elles nous ont permis de construire un chemin vers une nouvelle relation avec nos enfants. L’adolescence nous amène à faire des deuils : le deuil de nos petites soirées en famille réunie autour d’un film et d’un plat de pop corn; le deuil des vacances familiales en camping où les garçons passaient de découvertes en découvertes; le deuil de l’enfant qui vient se coller tendrement sur ses parents. Toutefois, à travers notre regard de foi, le deuil n’est jamais une fin en soi, c’est un temps de passage où l’amour tissé à travers les liens familiaux nous invite à faire confiance et à lutter contre nos doutes et notre désespérance. Tranquillement, pas à pas, la relation change, les enfants grandissent, se révèlent à eux-mêmes par leurs expériences et arrive le moment où l’adolescent laisse place à l’adulte.

À partir de là, comme parents, nous réalisons que de protecteurs et éducateurs que nous étions, nous devenons conseillers et témoins, un peu comme des personnes-ressources dans la vie de ces jeunes adultes. Nous vivons tous ensemble dans la même maison, ce qui demande beaucoup de confiance et de tolérance. Chacun a sa personnalité, ses goûts, ses forces et ses charismes, nous vivons tous à des rythmes différents, selon les études de l’un, les implications de l’autre et les passions de chacun. Cela implique une grande part de dialogue entre chaque membre de la famille, ainsi qu’un désir d’harmonie et de complicité afin que tous trouvent sa joie dans le foyer familial. Guidé par l’amour les uns pour les autres, cet amour qui prend racine au plus profond de notre être, chaque membre de la famille contribue à bâtir un nid où chacun trouve sa place et se sent respecté.

Pour mon conjoint et moi, notre expérience de foi nous a beaucoup aidés à rester fidèles à cet amour donné gratuitement qui ne s’épuise jamais, et qui, bien au contraire se renouvelle toujours. À travers les joies et les difficultés rencontrées tout au long de ces années avec nos enfants, nous avons la certitude d’avoir été accompagnés et fortifiés par Celui qui est la source de tout amour.

Quelle aventure merveilleuse que celle de donner la vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois