Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Qui est en charge?

Imprimer Par Élaine Champagne

Enfant jouant du violon

Un petit prodige de violon d’à peine 5 ans joue avec un grand orchestre européen. Le chef d’orchestre commente à peu près en ces termes : « Ce petit, il est formidable. Il a un talent extraordinaire. Il est extrêmement brillant. Mais c’est encore un enfant. Sur scène, il a besoin de savoir que c’est quelqu’un d’autre qui mène. Que c’est moi qui dirige la musique! À cinq ans, il ne peut avoir la responsabilité de tout l’orchestre. »

Il y a quelque temps, alors que je me trouvais avec un groupe de jeunes enfants qui jouaient, je m’aperçois que deux fillettes essaient de faire tenir debout une dizaine de quilles en plastique. Deux garçons qui les voient faire, attendent le moment propice, le moment où le plus de quilles sont debout, pour lancer une balle sur le jeu et toutes les faire tomber. Voyant leurs quilles par terre, les filles recommencent une première fois, puis une deuxième, jusqu’à ce qu’exaspérée, l’une d’elle me demande : « Elaine, je veux que tu interviennes… »

Les enfants ont besoin d’affirmer leur autonomie. Ils ont besoin de sentir « qu’ils sont capables ». Mais parce qu’ils sont petits et qu’ils se sentent ainsi, ils ont également besoin de quelqu’un de « plus grand qu’eux » sur qui compter, quelqu’un qui veillera à ce que les choses se passent bien. C’est habituellement le rôle des parents et des éducateurs d’offrir aux enfants un espace de vie suffisamment rassurant pour qu’ils se sentent en sécurité, pour qu’ils pressentent que quelqu’un veille. Cette expérience laisse une profonde impression en eux.

Devenir adulte signifie que nous portons plus de responsabilités. Un plus grand nombre de situations demandent que « nous » soyons en charge : au niveau familial, au niveau professionnel, au niveau communautaire. Nous nous engageons auprès d’autres personnes qui comptent sur nous. Ces personnes savent que la charge de telle action nous a été confiée. Nous savons aussi que d’autres actions leur ont été confiées. Parfois, des actions nous sont confiées collectivement et c’est ensemble que nous avons à les accomplir. Les exemples sont nombreux. Ce qu’il faut remarquer, c’est que dans toutes ces situations, nous comptons les uns sur les autres.

Par ailleurs, il arrive des situations où la charge pèse bien lourd sur nos épaules. Nous nous sentons parfois enfoncer sous le poids des responsabilités, sans plus savoir comment nous en sortir. D’autres fois, nous cherchons à dominer la situation, mais nous ressentons bien qu’on ne peut contrôler les relations interpersonnelles comme de vulgaires choses. Dans les deux cas, l’isolement guette.

Il me semble que notre relation à Dieu est teintée de ces expériences ou qu’en sens contraire, notre relation à Dieu teinte ces expériences. Bien sûr, selon notre âge, nos expériences de vie, qui nous sommes, notre relation à Dieu pourra se vivre de mille manières. Mais les enfants peuvent nous rappeler cette question ultime, adressée à notre foi : Qui est en charge?

Pour certains croyants, c’est Dieu, sans équivoque, qui règle l’univers et se fait proche comme un parent de son enfant. Pour d’autres, Dieu est Dieu et a confié à l’humain d’être en charge de l’univers. Les humains sont entièrement responsables de leurs actes. Dieu n’est ni substitut, ni dépanneur de l’humain. Pour d’autres encore, Dieu prend le visage du frère, de la sœur qui compte sur eux et sur qui ils ou elles comptent, avec cette conscience partagée de l’importance et des limites de la capacité humaine d’agir. Toutes ces réponses nous disent quelque chose de Dieu. En même temps, ultimement, Dieu nous échappe. Nous n’avons pas le contrôle…

Dieu, dont l’amour est Tout-Puissant,
Seigneur, le Très-Bas, tout-petit et faible comme un enfant,
Tu nous fais responsables les uns des autres,
Tu nous confies à la charge les uns des autres,
Pour que nous puissions découvrir et accomplir ce que signifie être humains.
En Toi nous nous confions
Pour que Tu sois Dieu en tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois