Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Le coeur grand comme…une crèche!

Imprimer Par Marie Boucher

Dans la mémoire du coeur se nichent de précieux trésors. Petite, quand arrivait décembre, le simple fait d’entrer le sapin dans la maison suffisait à faire danser mon coeur de joie. Arbre majestueux, ce « roi des forêts » tenait un rôle de premier plan: il abritait chaque année, au pied de ses branches, la petite crèche de bois fragile et délicate, devant laquelle je ne me lassais pas de faire et refaire l’histoire. Dans mon jeu cependant, quelque chose ne changeait jamais: mon désir de protéger Jésus et de m’assurer qu’il soit à l’abri, bien au chaud. Aussi, je ne lésinais pas sur l’épaisse couche de ouate que je déposais autour de la petite mangeoire. Sans pouvoir nommer les choses, dans une sorte de connaissance innée du coeur, je donnais à mon petit Jésus la place et la chaleur que je souhaitais pour moi-même et le simple fait de les lui donner me réconfortait. Pendant tout un mois, avec Jésus bien au chaud sous le sapin, je dormais mieux, comme accompagnée…protégée…

….aujourd’hui, quand arrive décembre, je peux encore rester là, assise, immobile à contempler ce petit Jésus que je continue de déposer avec délicatesse bien au chaud sous le sapin. Mais devant ce petit enfant qui repose dans la nuit silencieuse, les mains ouvertes, présage d’une vie et d’un Amour déjà offerts pour nous, il me semble que mon coeur fond, que toute volonté s’efface et qu’il ne reste que le désir d’être, à mon tour, pour Lui, cet espace où il peut naître….

…et voilà que j’entends monter du fond de mon espace de silence, la prière que petite, je formulais déjà sans le moindre mot: « Entre! Viens chez moi. Viens naître en moi. Dans mon coeur tout petit, je te ferai une grande place, je prendrai soin de toi et un jour, en Toi, je me sentirai naître aussi et ce jour là, mon coeur deviendra grand comme une crèche où d’autres pourront se réfugier pour Te rencontrer. » Petite prière humble et dépouillée, à l’image de Celui qui se donne à nous chaque fois que nous Lui ouvrons nos cœurs comme autant de petites crèches lumineuses qui indiquent au monde de se mettre en route….

Il n’est rien que je puisse souhaiter de plus grand que Sa naissance en chacun de nous….

Paix et joie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois