Trésors des religions,

Responsable de la chronique :
Trésors des religions

Prière bouddhiste pour préparer la mort

Imprimer Par Bruno Demers

Cette invocation des bouddhas et des bodhisattvas est présentée en annexe au Livre des morts tibétain (le Bardo Thödol). Les bouddhistes qui acceptent la vision du monde sous-jacente à ce livre récitent cette prière pour eux-mêmes et pour autrui, de manière régulière ou à l’article de la mort. Ainsi espèrent-ils être protégés lors du long passage du bardo (état intermédiaire) qu’il faut traverser entre deux existences.

Ô, Bouddhas et bodhisattvas qui résidez dans les dix directions, vous qui possédez la compassion, vous qui possédez la connaissance, vous qui possédez la vision, vous qui possédez l’amour, vous qui êtes le refuge de tous les êtres, par compassion, apparaissez devant moi. Veuillez accepter ces offrandes matérielles et mentales.

Ô vous, compatissants, (un tel) quitte ce monde pour rejoindre l’autre rive. Il/elle part pour le grand voyage et meurt, sans amis, en grande souffrance, sans refuge, sans protection, sans alliés. La lumière de cette vie s’éteint, il va vers un autre monde, il entre dans les ténèbres profondes, il tombe dans un grand précipice, il pénètre dans une jungle épaisse, il est poursuivi par la force du karma, il avance en terre désolée, il est balayé par un grand océan, il est projeté en avant par le vent dans une grande bataille, il est saisi par un grand démon, il est terrifié par les messagers du Seigneur de la mort. Quittant une existence, il s’engage dans une autre, impuissant. Maintenant que le temps est venu, il lui faut partir seul et sans amis.

Ô vous, compatissants, soyez un refuge pour (un tel), qui est sans refuge, soyez ses protecteurs, soyez ses alliés, soyez son refuge dans la grande obscurité du bardo. Détournez de lui l’ouragan du karma, donnez-lui refuge contre la grande terreur du Seigneur de la mort, délivrez-le du long passage étroit du bardo.

Ô vous, compatissants! Pensez à lui avec compassion, soyez son salut, ne le laissez pas chuter dans les royaumes inférieurs. N’oubliez pas vos promesses antérieures, manifestez sans plus attendre la puissance de votre compassion. Bouddhas et bodhisattvas, que les moyens efficaces et la force de votre compassion pour (un tel) ne soient pas faibles, prenez-le en compassion, ne l’abandonnez pas au pouvoir de son mauvais karma. Que les Trois Joyaux le protègent de la souffrance du bardo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trésors des religions

Les autres chroniques du mois