Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique :
Aventure spirituelle

À la découverte de Jean Tauler

Imprimer

De famille aisée, Jean n’avait pas encore quinze ans quand il entra au couvent des Dominicains de Strasbourg; comme le voulait la tradition, il y reçut une éducation scientifique, théologique et spirituelle. Mais la véritable motivation qui le poussa à repenser sa foi en profondeur lui vint du fait qu’il vivait à une époque de grands conflits et de contestations de l’Évangile, même au sein de son Ordre, ce qui avait provoqué à plusieurs reprises les interventions directes du chapitre général des Frères prêcheurs.

Pour répondre au déclin de la vie spirituelle des religieux et du peuple chrétien, Tauler donna naissance aux « amis de Dieu » (comme on les appelait), des groupes de chrétiens engagés à mener une vie de foi fondée le plus possible sur l’écoute de l’Évangile et sur la prière personnelle.

Pendant des années d’intense apostolat au sein des couvents dominicains d’Alsace et auprès des béguinages de la région, Tauler enseigna une façon de vivre l’expérience de la rencontre avec Dieu inspirée de la pensée théologique des pères de l’Église et aussi de la mystique de Maître Eckhart. Il forma ainsi des générations entières de croyants à une spiritualité apte à soutenir un engagement concret en cohérence avec l’Évangile dans la vie de tous les jours.

À sa mort, Tauler laissa une collection de Sermons qui restent parmi les expressions les plus sobres et les plus évangéliques de la littérature mystique médiévale.

En 1361 meurt à Strasbourg, où il était né au début du siècle, Jean Tauler, frère dominicain et témoin parmi les plus aimés du Moyen Âge occidental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois