Aventure spirituelle,

Responsable de la chronique :
Aventure spirituelle

Mère Julienne du Rosaire. Une sœur de Québec sur la voie de la béatification

Imprimer Par Françoise Guillot

La fondatrice des Dominicaines missionnaires adoratrices de Beauport vient de faire un pas vers la béatification. Le cardinal Marc Ouellet a annoncé à la fin de la célébration, hier matin au Congrès eucharistique, qu’il avait eu la confirmation de Rome que le procès diocésain de béatification pourrait s’ouvrir à Québec en septembre.

En point de presse, le cardinal Ouellet a ajouté que mère Julienne du Rosaire a laissé de nombreux écrits autour de l’Eucharistie avec des intuitions extraordinaires pour la vie, non seulement de l’Église de Québec, mais aussi pour l’Église universelle. «Elle a développé une doctrine sur l’Eucharistie particulièrement intéressante, ajoute Mgr Ouellet, notamment au sujet de l’institution de l’Eucharistie le Jeudi saint, moment où le Christ inclut selon elle le destin de chacun dans sa propre destinée.»

Le diocèse de Québec possède une large tradition eucharistique. Plusieurs saints et bienheureux, tels François de Laval, Marie de l’Incarnation, qui sont considérés comme les fondateurs de l’Église de Québec, avaient une profonde dévotion eucharistique. Un témoin d’aujourd’hui, Mère Julienne du Rosaire, fondatrice des Dominicaines Missionnaires Adoratrices, se situe dans cette lignée. Le Congrès eucharistique 2008 permettra de mettre en valeur ce précieux héritage.

Qui est Mère Julienne du Rosaire ? (Julienne Dallaire)
Julienne naît à Notre-Dame-de-Jacques- Cartier, à Québec, le 23 mai 1911. Elle est baptisée le 25 mai, jour de l’Ascension. À sa première communion, elle expérimente la présence de Jésus dans l’Eucharistie. À douze ans, méditant l’évangile de la Samaritaine devant le Saint Sacrement, elle comprend que le don de Dieu, c’est Jésus dans l’Eucharistie et qu’il l’appelle à être missionnaire adoratrice avec lui et par lui. Pour répondre à cet appel, à trois reprises elle entre au couvent et elle en sort, faute de santé. Le Jeudi saint 1942, elle saisit l’amour immense avec lequel Notre-Seigneur se donne à nous dans l’Eucharistie et son désir que nous vivions de cet amour. Elle se confie au chanoine Cyrille Labrecque, lequel discerne, dans la vie de sa dirigée, l’appel divin à fonder un nouvel institut. Le 30 avril1945 naît la Congrégation des Dominicaines Missionnaires Adoratrices. Mère Julienne du Rosaire ne cesse de communiquer à tous, la flamme eucharistique qui l’anime. Au soir de sa vie, elle dit : « Ma fin approche, mais ce n’est qu’apparent, ma mission va commencer de chercher des adorateurs. » Après une dernière messe, elle meurt le 6 janvier 1995, en l’Épiphanie, consumée par le désir de guider vers le Seigneur de l’Eucharistie les mages d’aujourd’hui. En octobre 2004, le cardinal Marc Ouellet décrète l’ouverture de l’enquête préliminaire en vue de sa béatification. En 2008, dit-il, Québec sera « le coeur eucharistique de la planète ». Oui, la mission de Mère Julienne ne fait que commencer. La célébration du 49e congrès eucharistique dans le diocèse où elle a vécu est certainement voulue par la Providence. Écoutons-la nous redire : « L’Eucharistie c’est Jésus, le cœur même de Dieu : le grand Amour qui donne sa vie !… Livrons-nous à Jésus sincèrement à chaque messe, dans un élan d’amour qui n’a de cesse au cours de nos journées, pour donner au monde d’aujourd’hui des témoins authentiques, des eucharisties vivantes, afin que se multiplient les adorateurs en esprit et en vérité. »

Une réflexion au sujet de « Mère Julienne du Rosaire. Une sœur de Québec sur la voie de la béatification »

  1. lessard denise

    J’ai obtenue 2 faveurs de sœur Julienne. un travail de jour pour ma fille à l’hôpital, ce qui est quasi impossible à obtenir, une garderie de jour pour sa petite fille. Je remet à sœur Julienne la santé d’un garçon de 29 ans, une grande amélioration, une greffe de moelle osseuse a été évitée. Merci!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aventure spirituelle

Les autres chroniques du mois