Billet hebdomadaire,

Responsable de la chronique :
Billet hebdomadaire

Un voeu

Imprimer Par Denis Gagnon

L’année en est encore à ses premiers battements de coeur. Nous l’inondons encore de voeux de toute sorte. Il reste sans doute quelques rencontres pour des échanges de souhaits.

Les voeux sont des cadeaux totalement gratuits. Nous les faisons généreusement. Ils ne coûtent pas chers, sauf quand nous les prenons au sérieux et que nous nous engageons à les réaliser pour la personne à qui nous les offrons. Imaginez ce que peut demander d’engagement un voeu de bonheur!

Une parole de Jésus me suggère un voeu que je nous souhaite ardemment. Jésus a dit: «Vous connaîtrez la vérité et la vérité fera de vous des êtres libres» (Jean 8, 32). La vérité dont parle le Christ n’est rien de moins que Dieu lui-même. C’est beaucoup connaître que de connaître Dieu. Pouvons-nous espérer qu’un tel voeu se réalise?

Maître Eckhart, un Dominicain rhénan dit quelque chose comme ceci: «Quand vous priez, ne vous contentez pas de demander des choses particulières. Demander tout, demandez Dieu!» Le saint homme pourrait être accusé de sombrer dans la gourmandise. Une de ses soeurs de la famille dominicaine, Catherine de Sienne, parlait dans le même sens quand elle affirmait qu’il y a une chose identique chez Dieu et chez chacun de nous: le désir. Et en Dieu et en nous, le désir est infini.

Je nous souhaite donc au cours de cette année de connaître Dieu. Rien de moins. Cela va demander beaucoup. Davantage de la part de Dieu que de notre part, cependant. Car la connaissance de Dieu est avant tout un don, une grâce. Et les grâces, c’est Dieu qui les donne.

Nous, nous n’avons qu’à désirer. Désirer à l’infini. Certains jours, la curiosité nous entraînera dans de gros bouquins. Soyons curieux. Parfois, une idée nous surprendra. Laissons-nous surprendre. La vérité demandera souvent de la patience. Ayons-en. Des conversations feront jaillir la lumière. Laissons-nous illuminer. Un événement nous questionnera. Acceptons de chercher son sens.

Je souhaite que les livres que vous lirez, la bibliothèque que vous fréquenterez, les échanges que vous aurez, les observations que vous ferez sur le terrain, les événements qui surgiront dans votre année, que tout cela contribue à vous rapprocher de Dieu. Si, pendant vos lectures, Dieu vous distrait, laissez-vous distraire. Si, pendant votre prière, une question surgit et que son étude vous tente, ne refusez pas la tentation. Succombez. L’intelligence a droit à la sainteté. Ayez une spiritualité de l’intelligence. La raison ne fait pas perdre la foi. Si vous perdez quelque chose en faisant appel à la raison, ce sera probablement de l’ignorance. Et de l’ignorance, nous en avons toujours à perdre.

Au terme de l’année, quand décembre reviendra avec un autre hiver, vous vous sentirez libres. Plus qu’autonomes, libres, pleinement libres! Sans peur. Audacieux. Sans gêne. Aventureux. Sans ombre. Transparent. Quelque chose comme des ailes neuves! Du genre de la fameuse phrase de saint Augustin: «Aime, et fais ce que tu veux».

Bref: que 2008 vous entraîne dans le mystère de Dieu vers la liberté!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Billet hebdomadaire

Les autres chroniques du mois