Parole et vie,

Responsable de la chronique : Dominique Charles, o.p.
Parole et vie

21e Dimanche du temps ordinaire. Année B.

Imprimer Par Jacques Sylvestre

L’heure des choix

Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s’écrièrent : « Ce qu’il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l’écouter ! » Jésus connaissait par lui-même ces récriminations des disciples. Il leur dit : « Cela vous heurte ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ?… C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui le livrerait. Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » A partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en allèrent et cessèrent de marcher avec lui. Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Simon Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. »

Commentaire :

Nous sommes au plus fort de la crise galiléenne : incrédulité, murmures, contestations, rupture. Telle est l’arrière-scène de l’annonce concernant la glorification du Fils de l’homme. Il semble que toute la prédication en Galilée soit ici remise en question : « Ce langage est trop fort », particulièrement la prétention de Jésus à une origine céleste ainsi que « sa chair en nourriture ». Ajoutons à cette incrédulité la difficulté de passer du plan matériel où la multiplication des pains les avait amenés, au plan spirituel du commentaire que Jésus en donne. Mais cette crise fera le point entre les croyants et les non-croyants parmi ses propres disciples. Le plus étonnant de la crise est cette liberté avec laquelle Jésus provoque la confrontation et la confession de foi : tout en dénonçant les murmures, il sollicite la foi des Douze dans le respect de leur liberté, et plus que tout, la liberté du traître.

L’évangile de Jean cible incontestablement « l’incroyance des croyants » de son temps. Seul l’auteur dénonce à ce point l’imperfection des disciples ; les autres évangélistes ont bien parlé d’inintelligence (Mc.7,18), d’endurcissement (Mc. 8,17), d’orgueil (Mc. 9,36), d’ambition personnelle (Mc.10,38), mais rien de nature à causer une rupture complète. Les imperfections seront guéries et les disciples capables d’évolution. Jean nous livre ici une réflexion sur l’attitude de contestation au plan de la foi. Le remède alors ne consiste pas à prier, jeûner, porter sa croix, mais simplement croire. Jésus sait depuis le début que certains ne croient pas en lui et le suivent uniquement pour des avantages personnels ou matériels. Ici, tous sont acculés au pied du mûr et doivent choisir entre le boulanger sur commande et celui qui vient de Dieu et offre le vrai pain descendu du ciel. Pourtant, l’enseignement ne fait pas défaut et les signes se sont multipliés, mais aucun ne suffit pas à susciter la foi qui, elle, repose sur la Parole (5,24 ; 8,51).

L’Évangile de la foi, ainsi faut-il caractériser l’œuvre de Jean qui associe souvent deux verbes : croire et savoir (69), même employés parfois l’un pour l’autre (1,10-12). Le verbe savoir exprime l’épanouissement du premier, i.e. croire, et croire devient connaître. Connaître n’est pas ici le produit de la « chair » mais de l’Esprit (Jn. 1,12-13 ), jaillissement de l’Esprit (63). La Parole fournit l’information fondamentale (63-68), mais encore faut-il l’écouter (60), l’identifier (68); connaître devient synonyme d’expérience concrète du dessein de Dieu libérant l’homme (8,34+) et lui donnant dès maintenant jouissance de la vie éternelle (17,3).

La profession de foi de Pierre qui a écouté et identifié Jésus explique son refus de rupture : « À qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ? » Pour l’instant, les fidèles disciples ont reconnu la messianité de Jésus : « Tu es le Saint de Dieu » ; ils n’en reconnaîtront la divinité qu’après la résurrection : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Cette mise en évidence de la foi et de la connaissance, du croire et du savoir des Douze était de la plus haute importance pour le témoignage, fondement de leur activité missionnaire et apostolique. (Jn 15,27)

Crise fatale pour les uns, purification pour les autres, la crise galiléenne fut un sommet dans la vie de Jésus et des Douze. Les crises que peut connaître l’Église de tous les temps naissent toujours d’une même question fondamentale : qui est Jésus et le sens de sa Parole et des choix qui s’en suivent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parole et vie

Les autres chroniques du mois