Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Communion de familles

Imprimer Par Élaine Champagne

Je participais récemment à une fin de semaine de ressourcement organisée par une fraternité à laquelle j’appartiens. Il s’agit d’une fraternité laïque qui regroupe en grande partie des familles chrétiennes engagées, et qui partagent la spiritualité de saint Dominique. Nous étions rassemblés pour l’occasion dans un camp familial, au lac Saint-Pierre, au Québec. À cet endroit, le lac est si large qu’on a l’impression d’être sur le bord de la mer. De vraies vacances!

Durant trois jours, nous nous sommes retrouvés une cinquantaine de personnes d’entre 2 et 63 ans! Malgré la pluie, le temps était à la fête! Moments de créativité avec un atelier de poterie sur le thème de l’intériorité; moments de gratuité et de collaboration par le sport et un grand jeu en forêt, par les rires et les conversations spontanées, par les gestes d’amitié; moments pour nourrir plus explicitement notre foi par un temps de partage préparé par l’un des couples à partir de textes du frère dominicain Timothy Radcliffe, ou encore par des échanges avec les enfants et les jeunes au sujet de ce qui les préoccupent comme jeunes; moments de prière, le matin, le soir, et par le chant, sans compter l’eucharistie dominicale.

Nous avons probablement tous de ces souvenirs de camps de pastorale ou de sessions pour les jeunes. Des temps forts et riches! Mais il est plus rare, il me semble, de vivre de ces expériences, comme adultes, comme familles, dans le respect des âges et des goûts de chacun.

Plusieurs parents en ont fait écho : vivre sa foi en famille est déjà un défi, mais la famille ne peut suffire à nourrir la vie spirituelle de ses membres. Comment alors ses membres peuvent-ils se ressourcer dans leur foi, ensemble et avec d’autres, comme famille? Certaines paroisses offrent cette opportunité de temps de partage, autour de textes bibliques par exemple. D’autres ont à cœur ces temps de gratuité communautaire, par exemple cette marche-pèlerinage familiale en montagne. Plusieurs portent collectivement des projets d’engagements à la faveur de ceux qui en ont le plus besoin. Mais il est également vrai que, dans plusieurs paroisses, nous échangeons le plus souvent la paix avec des inconnus, nous nous sentons loin de ce qui se voudrait une prière partagée, une prière de communion. J’entendais à regrets un jeune couple raconter que leur jeune bébé n’avait pas été bienvenu à une eucharistie. On leur avait demandé de quitter. Il est vrai que les grandes assemblées offrent plus difficilement un climat qui permette de partager avec confiance une dimension de soi aussi intime que sa vie spirituelle, avec ses convictions et ses doutes, ses questions et ses espoirs. Et pourtant, voilà bien ce qu’elles cherchent…

Pour grandir dans notre foi, comme individu et comme famille, plusieurs moyens sont disponibles. D’autres sont encore à inventer. Pour ce faire, les gestes discrets comme les plus grandes initiatives sont indispensables. Un jeune père me racontait un jour comment il avait simplement réuni des couples amis qui voulaient réfléchir sur leur foi ensemble. Leur groupe se réunit depuis maintenant plusieurs années. Chose certaine, un seul milieu, une seule manière ne suffit pas. Pour croître, notre vie spirituelle personnelle ne peut s’isoler en vase clos et notre famille demeure le lieu privilégié de son expérience quotidienne. Mais la famille aussi a besoin des autres pour se nourrir et s’enrichir. Et les petits groupes de partage, les fraternités sont à leur tour invitées à répondre sans cesse à l’appel à une solidarité chrétienne et humaine plus grande, plus large. Ainsi, dans la diversité et dans l’ouverture, non seulement au Christ, mais aussi aux uns et aux autres, nous pourrons ensemble faire assemblée eucharistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois