Dieu en famille,

Responsable de la chronique :
Dieu en famille

Préparer nos enfants aux sacrements…un chemin pas toujours facile!

Imprimer Par Christine Husson, l.o.p.

Les générations de nos parents et de nos grands-parents ne se posaient pas beaucoup de questions sur la transmission de la foi à leurs enfants. Il allait de soit que les enfants aillent à la messe, suivent les catéchèses de préparation aux sacrements selon le rythme définit par l’Église. Toute la classe se préparait en même temps à la première communion et les catéchèses étaient données par l’école.

Mais aujourd’hui les choses ont bien changé! Ma fille, est une des seules de sa classe à se préparer à vivre sa première communion. Elle est la seule à être « obligée » d’aller à la messe le dimanche. Et comble de malheur c’est sa mère, avec laquelle elle vit des petits conflits au quotidien qui la dirige dans sa préparation. Il n’est pas facile dans ces conditions de motiver nos enfants et de vivre cette étape dans la sérénité!

Comme plusieurs parents je me pose souvent des questions sur ce qui m’appartient en tant que parent, à transmette à mes enfants, à quel moment et dans quelle mesure dois-je laisser mon enfant faire ses propres choix? L’enfant d’aujourd’hui est invité dès son plus jeune âge à participer aux décisions qui le concerne, que ce soit à l’école ou à la maison. Pourquoi en serait-il autrement dans le domaine de la Foi? Dieu ne nous veux-t-il pas libres, après tout?

D’un autre côté en tant que croyante, j’ai envie de transmettre le « meilleur » à mon enfant. Et ce qu’il y a de plus beau dans ma vie c’est cette relation à Dieu! Je trouve important de leur offrir ce cadeau et si nous avons choisi de les faire baptiser, c’est justement pour que Dieu soit présent dans leur vie. Je vois mon rôle de parent comme celui qui essaye de faire grandir cette petite graine semée en eux. C’est loin d’être facile il faut bien l’avouer! Avec mes limites, le stress de la vie quotidienne, la fatigue,…, j’offre bien souvent, une piètre image de croyante. Mais nous ne sommes pas les seuls à pouvoir aider nos enfants à cheminer.

Avec mon mari nous avons choisi de nous joindre à une petite fraternité de familles du laïcat dominicain qui se retrouvent une fois par mois pour nous des temps de ressourcements. C’est dans cette vie de communauté que nous arrivons à retrouver un équilibre. Nos enfants ne sont plus seuls à vivre leur démarche de catéchèse, ils le font avec leurs amis. Ils y vivent toutes sortes d’expériences qui vont demeurer dans leur esprit, et qui vont les aider à faire leurs propres choix plus tard.

À travers la vente de jouets pour les enfants de la rue du Rwanda, un spectacle à monter, des temps de prière et des activités créées pour nos enfants…chacun peut y trouver son compte. Lorsque je vois mon fils de 11 ans prendre en charge un des bébés de la fraternité, et toutes ces amitiés entre les enfants, je me dis que c’est à travers tout cela que ma petite fille a pu se préparer à sa première communion.

À quelques jours de cette grande fête, je me sens en paix. Nous avons accompagné Élise avec le meilleur de nous même. Nous lui avons donné l’occasion de vivre toutes sortes d’expériences signifiantes susceptibles de l’amener vers Dieu. La fraternité nous a apporté le soutien dont nous avions besoin pour transmettre nos valeurs à nos enfants. Le reste ne nous appartient pas, il est entre les mains de Dieu. C’est lui l’Éducateur qui viendra faire grandir la Foi dans le cœur de ma petite fille. Toutes les imperfections Il les corrigera…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieu en famille

Les autres chroniques du mois